AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes   Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 unicorns and satan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

SUBJECT B12 - THE SATANIC

Messages : 212 Avatar : alice englert.
Pseudo : electric bird. (carole)
Copyright : momo mon amr, reine des papillons<3
rip belly, tu étais un brave cochon.
Occupation : elle chouchoute les animaux, les berce, pour qu'ils vivent leur mort un peu mieux. maton des trancheuses, c'est piteux.
Inventaire : une fourche pour retourner le plonk des bestioles & des idées pas claires.

Message(#) Sujet: unicorns and satan. Sam 28 Mar - 22:35


- unicorns & satan -
sally/ekat
Il y a des moments où Ekat savoure la tranquillité. Un instant de calme dans l'après-midi où les blocardes travaillent en silence. Et c'est là qu'elle en profite. C'est rare de ne pas entente les bâtisseuses brailler, ou les coffreuses hurler en donnant des ordres. Ses collègues aussi se taisent, elles sont un peu plus loin et Ekat se tient dans une étable, près d'un animal ; seule. Elle ferme les yeux et n'écoute que sa respiration, oublie un peu le monde autour d'elle, les obligations et tout le cauchemar. Il n'y a pas de quoi s'extasier à être coincé ici, même si elles ont de la compagnie, c'est pas marrant du tout. Certaines semblent heureuses d'être dans le Bloc, elles s'y sentent à leur place. Mais la plupart ont envie de sortir vite-fait, tout comme Ekat. Bref, elle tentait d'oublier son sort et de penser à quelque chose de plus heureux. C'est impossible. Le Bloc, c'est tout ce qu'elle connaît, c'est la seule chose dont elle se souvienne. La petite a envie de pleurer rien qu'en réalisant ça alors elle se crispe et serre la mâchoire. Leur monde est réduit à un endroit, à une mission à accomplir, et ça lui fait peur. L'autre Ekatrina, si tel est son nom, a vécu au moins une dizaine d'années à vivre d'autres choses, sans être enfermée derrière quatre grands murs de douze mètres de haut. Ne pas savoir ce qu'il se passe dehors, ça la stresse, ça lui donne envie de tout plaquer et d'abandonner ; d'hurler "c'est bon, tout ça c'est fini". Elle ose pas. Elle sait que ça ne mènera à rien. Qu'elle doit continuer à bosser en silence pour le bien des autres. Les autres, c'est tout ce qu'elle a Ekat, sa famille qu'elle le veuille ou non. Il faut qu'elle reste solidaire, qu'elles soient soudées. Un petit problème, et l'entêtée de Nesis débarque de toute manière pour faire sa loi. C'est comme ça, Ekat elle les aime bien quand même.

Maintenant, elle doit bosser. Les animaux attendent, et puis elle s'ennuie. Pas de place pour les glandeurs, mais comment on peut glander ? Y'a rien à faire ici ; à part faire son job proprement. Ekat, elle aime ce qu'elle fait donc c'est pas un soucis. Elle ouvre les yeux, s'étire et fait un petit sourire en voyant la chèvre près d'elle. Les filles passent pas trop leur temps près des enclos, parce que ça pue le plonk apparemment. Ekat sent plus rien, elle s'y est habituée. Peut-être qu'elle sent le plonk ? Elle s'en fiche, ce qui compte c'est la personne et le boulot qu'elle accomplit, pas l'avis des autres. Ekat se lève, elle s'approche de l'animal blanc et le caresse délicatement. Il émet un petit bêlement et retourne près de ses camarades. S'emparant de la fourche posée sur le mur à côté d'elle, elle se met à retourner la paille salie pour la déplacer et la remplacer par de la propre. Voyant qu'elle reprend son travail, les autres font de même, discutant vivement et plaisantant même. De manière générale, elle ne leur parle pas trop, elle préfère se mettre à l'écart pour gêner personne. La tignasse rousse arrive, les cheveux brillants. Ekat plisse les yeux la main en visière par dessus ses yeux, elle a pas l'habitude de la voir, la pétillante Sally. Elle se sent minable à côté d'elle, dégoulinante de sueur et qui pue le plonk (apparemment, encore une fois). Elle se demande ce qu'elle lui veut. De la paille ? De la fourrure d'animaux ? A moins qu'elle ne vienne de maton à maton pour lui dire que June les rassemble tous ? Ekat n'est pas trop d'humeur, mais si c'est June, alors elle se ferra une raison. La rouquine arrive, elle est presque à la hauteur d'Ekat qui s'est arrêtée de retourner sa paille, accrochée à sa fourche plantée dans le sol. « Euh.. Sally ? » Qu'elle engage. Ouais, le contact humain c'est définitivement pas son truc.

_________________

“Darkness, real darkness, was
more than just a lack of light.”
belly : pig (rip)
blackwell : dog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t110-confinement-can-be-utterly-beautiful#1024
avatar

SUBJECT B5 : THE UTOPIST

Messages : 139 Avatar : elle fanning.
Pseudo : crying lightning. (jade)
Copyright : wildworld. (avatar)

Occupation : maton des medjacks, douce et attentionnée à l'égard de ses chères blocardes. elle fait aussi des petits travaux de couture pour les blocardes, pendant son temps libre.
Inventaire : rien d'autre que ce que contient l'infirmerie, bien qu'en soit, tout cela appartienne à tout le monde.

Message(#) Sujet: Re: unicorns and satan. Dim 29 Mar - 20:58


- unicorns & satan -
sally/ekat
Il arrive certains jours où toutes les blocardes vont bien. Oh, c'est loin d'être une mauvaise chose ! Mais ces jours-là, Sally ne fait rien d'autre que de tourner en rond dans son infirmerie comme un moineau dans une cage exiguë, à attendre que quelque chose se passe, qu'on ait besoin d'elle. Pour la dixième fois, elle vérifia que les médicaments étaient bien organisés dans le placard selon sa petite organisation obsessionnelle. Elle ne savait pas faire grand chose, Sally, à part soigner toutes ses blocardes adorées, et parler un peu trop. Danaë était assise en face d'elle sur l'un des lits de l'infirmerie, attendant elle aussi que quelque chose vienne perturber leur après-midi bien trop calme. Sally offrit un doux sourire à Danaë. La jolie Danaë, et ses cheveux clairs, ses yeux ciel. Une fort jolie poupée qui avait su briller comme une étoile aux yeux de Sally, et s'illustrer auprès d'elle comme medjack. Elle était aussi talentueuse que belle, Danaë. Elle lui fit signe qu'elle sortait de l'infirmerie, et ouvrit rapidement la porte pour s'évader un peu de son ennui.
Le bloc pourtant semblait aussi plongé dans une léthargie inhabituelle. Sally parcourut l'étendue herbeuse du regard. Le silence étouffant qui emplissait l'air oppressait la rouquine, trop habituée à entendre Nesis brailler les règles du bloc, ou Aria se plaindre du travail rendu par Heria hier. Peut-être qu'un tel calme ne présageait rien de bon, mais Sally était bien trop naïve pour s'en rendre compte. Du regard, elle chercha quelque chose à faire, de la compagnie, quoi que ce soit qui pourrait combler l'ennui qui la gagnait depuis de longues minutes qui lui semblaient des heures. Ne rien faire dans cet enfer de ferait que la rendre folle, la petite rouquine. Et dans le bloc, on aime pas les glandeurs. Elle attend un instant, laissant les rayons du soleil réchauffer sa peau diaphane, alors qu'elle regarde sa petite famille s'affairer. Les blocardes, c'était tout ce qu'elle avait, alors que tout le reste de sa vie se résumait à un immense trou noir. Les blocardes, elle représentaient tout son univers, c'est pourquoi elle les aimaient toutes, de son petit palpitant trop aimant.
Sally aperçut alors Ekat près des enclos. Ekat, elle ne la connaissait pas très bien. Elle parlait pas à grand monde, Ekat, pourtant Sally l'aimait autant que toutes les autres, de son petit cœur d'enfant qui refuse de grandir. Elle se dirigea vers elle en sautillant, sourire lumineux. Elle s'arrêta au bord de l'enclos avec son air solaire, offrant un sourire incommensurablement joyeux à la jolie trancheuse. Ekat était très belle, dans la tête de Sally, avec ses jolies cheveux bruns et ses yeux sombres comme la nuit. Dans les yeux d'Ekat, Sally lisait tout l'univers, l'alpha et l'omega, le commencement et la fin. Mais Sally, parfois, elle avait juste trop d'imagination, alors qu'elle contemplait la jolie silhouette d'Ekat qui travaillait. Enfin, elle ne travaillait plus trop, depuis qu'elle s'était rendu compte que la rouquine la contemplait, un coude posé sur la barrière.

- Euh.. Sally ?

Elle avait l'air un peu gênée, Ekat, alors Sally détourna le regard en bafouillant des excuses. L'étourdie essaya de se souvenir de la raison pour laquelle elle était venue déranger la brune dans son travail, mais fut incapable de s'en souvenir.

- Ah, désolée ! Je, hm, j'étais venue voir parce que, tu sais, avant-hier, une de tes trancheuses s'est coupée, et vu qu'elle est pas repassée me voir, j'voulais juste savoir si elle allait bien, tout ça, et vu que je la trouve pas, hm, je pensais que tu serais au courant !

Tais-toi Sally, tu parles trop, comme toujours ! Elle offrit un sourire solaire à Ekatrina, bien déterminée à faire de la brune son amie. Parce qu'Ekat, elle méritait autant que les autres d'être aimée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

SUBJECT B12 - THE SATANIC

Messages : 212 Avatar : alice englert.
Pseudo : electric bird. (carole)
Copyright : momo mon amr, reine des papillons<3
rip belly, tu étais un brave cochon.
Occupation : elle chouchoute les animaux, les berce, pour qu'ils vivent leur mort un peu mieux. maton des trancheuses, c'est piteux.
Inventaire : une fourche pour retourner le plonk des bestioles & des idées pas claires.

Message(#) Sujet: Re: unicorns and satan. Lun 30 Mar - 22:27

sally, oh douce enfant aux cheveux de feu et où l'innocence est une drogue pure que l'on lit dans ses yeux. un petit joyau que le bloc a de la chance d'avoir comme medjack. elle garde son sang-froid, elle est douce et attentionnée. au final, ekat et elle ne sont pas si différentes que ça. toutes les deux font leur travail de la même manière, avec la même envie que tout marche correctement, que tous les rouages s'emboîtent. sauf que sally est aimée car elle va vers les autres, en sautillant gaiement. c'est limite bizarre dans leur décor macabre, leur prison de pierre. par opposition, ekat est douce, mais tellement discrète qu'on a du mal à croire qu'elle tue les animaux. le couteau fend l'air et ne fait pas de bruit à l'arrivée contre la chair. un petit son d'agonie de la bestiole et c'est tout. faut juste fermer les yeux et se dire que ça durera pas longtemps et que ça sera mieux pour l'animal de mourir que de rester ici indéfiniment ; comme elles, les blocardes. au final, ekat se surprend à envier la vie courte des êtres qu'elle choie sans cesse, même face à l'incompréhension totale du bloc. c'est sûr, tout est enviable à une poule. mais tant que de la viande est dans leur assiette, c'est tout ce qui compte. et les voir se rassasier ça la rassure dans un sens, elle se dit qu'elle a fait du beau boulot, même si tout le mérite revient à volt de manier les fourneaux comme personne.
les cheveux rouges dans le vent imaginaire, l'adorable enfant arrive vers elle. ekat ne sait pas ce qu'elle lui veut. mais elle la regarde s'approcher, incapable de faire autre chose. elle est hypnotisée par tant de vie, tant de joie, tant de tout dans un seul et même être. sally détonne dans leur univers, c'est indéniable. elles restent ainsi, peut-être quelques secondes à se poser des questions mentales et à se dévisager comme si elles se découvraient. mais non, elles font partie des plus vieilles. enfin, vieille, ekat n'est pas une toute jeune ni une toute vieille. en revanche, sally est carrément un dinosaure du bloc, celle qui a aidé à la bonne entente des blocardes, celle qui a apporté sa pierre à l'édifice qu'elles forment toutes. la brune se racle la gorge, décidée à briser le silence qui s'est formé entre elles. si sally est là, c'est pour une bonne raison, même si elle n'en a pas l'air comme ça avec son coude posé sur la barrière. ouaip', ekat est coincée dans l'enclos. c'est la frontière de leurs deux mondes. dans celui de sally, ce sont des humains, et dans celui d'ekat des animaux. c'est d'ailleurs pour ça qu'elle a tant de mal à aller vers les autres. ces bestioles ne la jugent pas.

« ah, désolée ! je, hm, j'étais venue voir parce que, tu sais, avant-hier, une de tes trancheuses s'est coupée, et vu qu'elle est pas repassée me voir, j'voulais juste savoir si elle allait bien, tout ça, et vu que je la trouve pas, hm, je pensais que tu serais au courant ! » beaucoup de mots pour peu d'informations. ekat, elle va droit au but quand elle parle. mais c'est sally, on va pas lui reprocher de parler non plus, ekat est pas bien placée pour faire une telle remarque. d'ailleurs, la trancheuse cligne des yeux et tente de se souvenir. « ah oui c'est vrai. » si la conversation continue dans ce sens, elles ne sont pas vraiment rendues. « encore un poulet qui a décidé de garder sa tête et qui en a profité pour faire tomber les couteaux. » elle s'en souvient maintenant. ça arrive souvent ça, les poules qui n'acceptent pas qu'une telle abomination soit faite. ekat, elle essaye doucement de rire de la situation, elle se croit drôle avec la blague du poulet. mais non, c'est glauque et morbide. « elle va mieux, je crois. » par contre, pas le poulet. son regard se pose sur ses deux autres coéquipières qui discutent en faisant leur besogne. rien à signaler. de toute manière, elle serait venue se plaindre à ekat si un souci était survenu, la confiance régnait entre elles. heureusement que sally était là d'ailleurs. elle se rapprocha de la barrière pour se mettre à la hauteur de la medjack, un léger sourire aux lèvres. elle enlève le bandage qu'elle a sur la main : une vilaine blessure datant d'une semaine. c'est ça les risques du métier. une fourche mal placée et un bras qui pissait le sang. les bords rougis de la plaie étaient encore poisseux et jaunâtres. une blessure de guerre qu'elle se sent obligée de montrer à la rouquine. « elle me fait encore mal, c'est danaë qui m'a soignée l'autre jour. » petite grimace. elle veut bien s'entendre avec elle, elle est pas méchante ekat, elle a besoin d'amour et qu'on la comprenne. « t'en penses quoi ? » elle désigne la blessure de son menton. c'est pas très beau à voir, mais certains en ont plus besoin qu'elle, comme les coureuses qui sont leur seul espoir.

_________________

“Darkness, real darkness, was
more than just a lack of light.”
belly : pig (rip)
blackwell : dog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t110-confinement-can-be-utterly-beautiful#1024

Contenu sponsorisé


Message(#) Sujet: Re: unicorns and satan.

Revenir en haut Aller en bas
 

unicorns and satan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jésus a t'il été pieger par satan !!
» SATAN - ShATAN - L'ADVERSAIRE - DI-ABOLOS - DI-VISEUR - Etymologie
» Satan le diable peut-il nous tuer?
» SATAN !!!!!!!!!!!
» Il a été jeté, l’accusateur de nos frères, qui les accuse jour et nuit devant notre Dieu. — Rév. 12:10.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GET READY TO RUN. ::  :: ARCHIVES-