AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes   Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

SUBJECT B9 : THE NURTURER

Messages : 277 Avatar : holland queen roden.
Pseudo : blackthorns, aka kim.
Copyright : carole la luciole, la plus belle du monde + tumblr.

Occupation : maton des cuistots - pas de grand-monde donc -, maman grincheuse du bloc, raccommodeuse à ses heures perdues.
Inventaire : une brosse à cheveux, et puis tout ce qu'il y a dans sa cuisine, même si y'a pas son nom dessus. ça coupe bien quand mêmes, les lames affilées. ah, et aussi une casquette du wicked, qu'elle s'empêche pour le moment de brûler, au cas où ça servirait un jour.

Message(#) Sujet: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Dim 29 Mar - 21:37



we're all in this together

« L’jour où la foutue Boîte enverra une broche qui s’tourne toute seule, on sera heureux » marmonna Volt en plantant à demi le couteau qu’elle tenait dans le bois des tréteaux. Après avoir passé trois bonnes heures en tout à tourner la broche du cochon (après qu’Ekat, n’importe quel dieu du monde bénisse son existence, l’ait aidée à empaler celui-ci sur la pique géante), puis à le découper et le vider, toujours avec l’aide de la trancheuse, elle ne sentait plus ses bras. « Les autres tocards, là, z’ont intérêt à être contents. L’premier qui se plaint, l’est bon pour son nez cassé… » Au fond d’elle-même, la jeune femme savait pertinemment qu’elle ne le ferait jamais, mais parfois, l’intimidation marchait bien. Quoique, avec la bande de têtes de pioches dont ils avaient hérité dans les Blocs, elle ne faisait pas plus confiance que ça.

A sa satisfaction, les longs tréteaux avaient déjà été installés autour du feu de joie que les blocards avaient allumé, et elle avait persuadé (lisez, forcé) quelques lambdas passant dans le coin à transporter avec elle les lourds plats de viande et ceux, un brin plus légers, de brochettes et grillades (avec des légumes, sinon elle était quasiment sûre que Sally, Danaë et Franklin allaient se mettre à gueuler que c’était totalement pas diététique, ce qu’elle avait préparé). Au final, ils n’étaient pas aussi perdus dans l’organisation que la jeune femme l’avait craint. Après, on ne pouvait pas garantir que la soirée se déroulerait sans accrocs. On était tout de même au Bloc, et si là, Archy et June avaient accepté d’octroyer à tout le monde une soirée de repos général, pour le moment, tout allait beaucoup trop bien pour être crédible.

Les blocards avaient déjà commencé à se rassembler, principalement autour du feu, mais l’air maussade et fatigué de la cuisinière les dissuadait pour le moment d‘essayer de toucher aux plats étalés sur les tréteaux. En bref, le premier qui chaparderait quoi que ce soit était bon à réquisitionner pour la plonge – et vu le nombre faramineux de couverts de fortune déployés, ça n’allait pas être la corvée la plus plaisante du monde. La jeune femme essuya ses mains rincées sur son tablier, rectifia pour une fois la façon dont toutes ses mèches rebelles partaient dans le sens qu’elles voulaient, et finit par attraper une casserole et une cuillère en bois. Le son produit par ces deux objets cognés ensemble était à réveiller les morts, et au moins, elle pouvait s’assurer que tout le bloc, blocards comme blocardes, quoi qu’ils fassent, l’avaient entendu. Et puis, ça lui évitait de crier, alors qu’elle avait déjà mal partout, à ce stade-là. « Le premier qui balance quoi que ce soit avec ce qu’il y a sur ces tables, qui entraîne une bataille de bouffe générale, ou qui force trop sur la bouteille et se met à déconner, je le colle à la plonge sans aucun regret, compris ? » énonça-t-elle calmement – calmement en surface, du moins. « A part ça…champ libre. » conclut la maton des cuistots avec un sourire sarcastique.

explications:
 

_________________
my skin has turned to porcelain, to ivory, to steel
and if you're still breathing, you're the lucky ones; 'cause most of us are heaving through corrupted lungs, setting fire to our insides for fun, collecting the names of the lovers that went wrong. we are the reckless, we are the wild youth, chasing visions of our future. one day we'll reveal the t r u t h.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t127-izzy-she-replaced-the-garden-around-her-heart-with-a-high-wall
avatar

SUBJECT A1 : THE LEADER

Messages : 375 Avatar : aaron johnson, le bg.
Pseudo : apolline (ludivine)
Copyright : (vava) odistole (signa) little wolf (gifs) tumblr

Occupation : chef du bloc a, la tête pensante dans tout ce foutoir, celui qui prend toutes les décisions et qui voit ses épaules s'alourdir de regrets.
Inventaire : Un cerveau, c'est déjà pas mal.
Sinon, quelques petits trucs représentatifs d'un chef de bloc, rien d'extraordinaire.

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Lun 30 Mar - 17:57



we're all in this together

Un peu de repos ne ferait pas de mal aux blocards. Archy et June en avaient discuté, après tout, elle-aussi décidait avec lui. Bien qu'elle soit plus centrée sur les filles et lui, sur les garçons. La logique des choses. Ils s'étaient donc réunis à l'intérieur de la ferme qui faisait un peu office de bureau pour les deux jeunes qu'ils étaient, leur longue discussion s'était achevée avec la conclusion qu'ils devaient organiser un repas, réunissant chaque membre de cette famille composée des damnés et malchanceux arrivant par la boite. June s'était occupée de prévenir les cuistots même si l'italien redoutait le choc de ses papilles lorsque la nourriture de Volt viendra rencontrer sa langue. Il espérait que le goût soit douceâtre et non aussi amer qu'elle pouvait l'être avec lui. Pendant ce temps, tout le monde déambulait dans le bloc, longeant les murs, laissant leurs pieds vagabonder pour mettre en place cette espèce de fête à la dernière minute. Un coureur et un medjack trimballaient des fruits dans leurs bras qu'ils amenaient à leur chef. Celui-ci était en pleine élaboration d'un breuvage corsé. Il faisait fermenter les fruits et se retrouvait ensuite avec un alcool artisanal. Bien sûr, ce serait en dessert car malheureusement, il fallait des heures avant que la fermentation ne transforme tout ça en un bon alcool fait maison. Bien qu'il eut besoin d'aide.

La mise en place ne fut pas longue, il fallait juste couper les fruits d'une manière bien précise et incorporer les morceaux dans une espèce de machine bricolée par l'un de ses briquetons. Rien de bien sorcier et puis ça permettait à Archy de faire autre chose que de veiller et surveiller continuellement ses frères. « Bon, elle a fini l'autre ? » Cette phrase était destinée à Volt qui mettait bien du temps à préparer quelque chose qu'il aurait du mal à manger. Il ne savait pas si c'était parce que c'était vraiment dégueulasse ou simplement parce que c'était elle qui le préparait et qu'il se devait donc de détester tout ce qui la concernait. Ils se détestaient, c'était indéniable. Le pire c'était sûrement que le bloc devait rester un lieu pacifique quand on savait qu'à l'intérieur du labyrinthe ne régnait que la noirceur. « Aujourd'hui, c'est une journée repos donc vous pourrez reprendre votre boulot demain, en attendant que le repas soit prêt vous pouvez faire ce que vous voulez les gars, c'est open bar ! » Un grand sourire se forma sur ses lèvres alors que ses yeux brillaient d'une lueur de malice. Voir ses blocards heureux, y avait rien de mieux pour lui. C'était sûrement pour ça qu'il se battait depuis aussi longtemps et que lorsque certains avaient abandonné, lui restait sur ses deux pieds, prêt à se battre. Rien que pour eux. Archimède, c'était un peu de la mauvaise herbe ce qu'il était et ça l'amusait. « Enfin, on oublie pas pour autant les deux autres règles, hein ! »

Le soir apparut plus vite qu'il n'aurait cru, sûrement le fait de s'amuser qui accélérait le temps. « Bon. Bougez tous vos fesses, on bouffe ! » Sa voix s’immisça dans l'air avec autant d'impact qu'une flèche dans sa cible. Elle n'était pas froide mais elle restait un brin autoritaire. Et puis, personne n'osait réellement s'opposer à June ou à Archy ce qui pouvait être surprenant par moments. Aucun coup d'état non plus, mais aussi, qui désirait supporter un rôle aussi important et malheureux que celui de chef ? Personne alors ils faisaient le sale boulot, du moins, ils prenaient les grandes décisions, laissant le cœur des autres en paix. L'entièreté du bloc ne tarda pas à s'installer autour du feu dont Archy alors que Volt se plaignait encore et les menaçait de s'énerver si une bataille de nourriture -si on pouvait appeler ça comme ça, avait lieu.

_________________
i drag myself out of nightmares each morning and find there is no relief in waking
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t131-archy-the-night-is-dark-and-full-of-terrors
avatar

SUBJECT A10 : THE TIME BOMB.

Messages : 201 Avatar : Dylan O'Brien
Pseudo : Absiinte
Copyright : electric bird.

Occupation : Cartographier laborieusement ce que les coureurs lui rapporte.

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Lun 30 Mar - 20:16

L’air douceâtre de la nuit est déjà chargé des odeurs de cuisine alors que les étoiles n’ont même pas encore fait leur apparition timide. Poussière stellaire sans éclat, en cette fin d’après-midi, leur seule distraction reste ce bloc démuni face à une menace qu’ils ne comprennent pas, des enjeux trop grands pour eux. Et pourtant, les gosses, ils s’amusent. Ce soir est un soir de fête. Ironie du sort, on fête les deux nouveaux qui viennent d’arriver. Ça le ferait presque vomir, Isaac. Fêter une arrivée, rien de plus grotesque alors que plus de la moitié de ceux qui sont ici ne souhaitent que partir. Et vivant, si possible. Parce que les seuls qui ont trouvés une sortie sont six pieds sous terre, ça fait mal rien que de le rappeler. Le labyrinthe les a tous bouffé d’une manière ou d’une autre. Et maintenant ils vont oublier. Il regarde Archy qui prépare son célèbre mélange, celui qui arrache l’œsophage et fait cracher des flammes, il regarde Volt qui s’agite dans son coin et il sourit. Parce que maintenant, sa famille, c’est eux. Et lui aussi il souhaite plus que tout quitter ce trou à rat, mais pas sans eux. Impossible. Il n’est pas de ceux que la solitude effraie mais l’amnésie qui l’a touchée a fait en sorte qu’il se raccroche comme un désespéré à ceux qui l’entourent. Et ce sont eux. Il se dirige vers la tornade rousse qui tourne dans tous les sens, s’énerve, crie. Elle virevolte et fait de l’œil aux étoiles qui la narguent, elle se presse et dans un mouvement, il l’arrête. La valse dangereuse marque un stop. Et il lui sourit en riant sous cape, lui murmure doucement « c’est moi qui suis sensé être celui qui court partout, l’énervé de service. Pas toi ma grande. Reste calme, tu vas attirer tous les griffeurs ». Il se moque, la provoque un peu. Parce qu’il aime bien la voir dans tous ses états mais aussi parce qu’elle s’en fait toujours un peu trop. Tout sera parfait, comme d’habitude. Et Archy qui, dans son dos, rameute la population pour qu’ils viennent tous manger. Il accroche le regard de la rousse avant qu’elle ne reparte vers d’autres horizons et ajoute « Je te garde une place, n’explose pas avant minuit s’il te plaît ». Et il se dirige nonchalamment vers les tréteaux installés pour l’occasion. Les deux greenie dans un coin, qui observent sans comprendre. Il grimace, Isaac. Il connaît cette sensation, ils l’ont tous connus : celle de se sentir complètement perdu, à l’écart, dans cette communauté hétéroclite. Il s’approche d’Archy qui, près du feu, surveille. Grand manitou qu’il est. Il a de la prestance, il faut dire. On ne peut pas lui enlever. Sans lui ce serait l’anarchie. Sans lui et June. Il effleure le chef, Isaac, et en passant lui souffle « Les deux greenie vont pas tarder à avoir une attaque vu leur tronche. Ils m’ont pas l’air d’être trop des vaillants ces deux-là ». Ils vont finir torcheur, c’est sûr. Il ne le dit pas, ça, bien entendu. Et puis, il ne faut pas se fier aux apparences. Mais il a tendance à être un peu rude, le cartographe. Il voudrait que tout le monde soit fait d’acier. Il s’assied, non loin de Franklin et il attend, les flammes lui chauffant le visage. Que la fête commence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

SUBJECT B12 - THE SATANIC

Messages : 212 Avatar : alice englert.
Pseudo : electric bird. (carole)
Copyright : momo mon amr, reine des papillons<3
rip belly, tu étais un brave cochon.
Occupation : elle chouchoute les animaux, les berce, pour qu'ils vivent leur mort un peu mieux. maton des trancheuses, c'est piteux.
Inventaire : une fourche pour retourner le plonk des bestioles & des idées pas claires.

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Lun 30 Mar - 21:46

aider volt, c'était vraiment bien. elles s'entendaient plutôt bien les deux, faut dire que la brune l'avait aidée pas mal de fois à achever correctement un animal. un coup sec, bien placé. c'était pas si compliqué après tout. mais voilà, c'était le job d'ekat. bref, elles avaient préparé tout l'après-midi le festin avec ce grassouillet porc qu'elle avait nommé "belly" du temps où il était de ce monde. c'est bête, mais elle aimait bien donner des surnoms aux animaux, même si elle savait que tout ce qui était sentimental était stupide au bloc. s'attacher aux bestioles, on croit rêver de la part de la maton, pourtant c'est ce qu'elle fait et peu importe les avis des autres. la brune se faufile dans les ombres, n'attirant surtout pas l'attention sur elle. le feu dégage une odeur de viande grillée délicate. ekat s'est faite une raison ; si elle refusait de manger de la viande, elle finirait totalement anorexique. alors elle fait en sorte qu'ils finissent bien, avec une vie bien chouette à la fin. « volt, calme toi, on s'en est bien sorties. » qu'elle murmure à l'intention de la cuistot en effervescence totale qui a l'air énervée et exténuée. un petit rire sort même de ses lèvres silencieuses. elles méritent bien un peu de repos. tout ça pour fêter l'arrive de deux greenies qui vont chier dans leur froc. bah, la gentille ekat compatit mais elle n'a pas la motivation nécessaire pour les rassurer. leur dire quoi, après tout ? qu'ils vont de toute manière rester comme ça, ignorants de leurs origines et se souvenant simplement d'un prénom étrange ? ou autant leur balancer tout ce qui concerne le labyrinthe tout de suite, ça finira de les achever. alors ekat reste silencieuse, soutient leur regard et ne fait rien d'autre. ils ne vontpas gâcher la soirée tout de même. c'est un des rares moments où tout le bloc se réunit dans une réelle bonne ambiance autorisée par les grands chefs : archy et june. ils méritent toutes les couronnes de fleur du monde, ces deux là. gérer tout ce beau monde ne doit pas être de tout repos. d'ailleurs, le bouclé fait une petite remarque à volt ; l'ambiance devient un peu électrique, mais ekat reste là, aux côtés de la rouquine. si quelque chose arrivait à belly ? il est déjà en train de s'enflammer de toute manière. un autre type, isaac, vient vers elles. elle se doute qu'il vient pas lui parler, qui pourrait bien le faire, alors elle assiste aux échanges entre l'explosive volt et les autres. elle n'est qu'ombre dans les ténèbres, parfaitement cachée. « belly va me manquer. » qu'elle se surprend à murmurer de nouveau en tentant de discerner à travers les flammes le corps grillé de l'animal. elle fait une petite moue et décide de laisser un peu volt gérer ses affaires. faut pas qu'elle soit collante, elle en devient vite chiante à ce qu'il paraît. pf, maton, tu parles. incapable d'aligner deux mots à la suite. telle un serpent, elle foule le sol et fait le tour du feu, à la recherche d'une bonne âme à qui parler ou juste d'un siège. alors elle voit isaac, le même qui a fait une remarque à volt. elle lui a jamais bien parlé, mais il est temps de briser la glace non ? alors ekat regarde à droite, à gauche et décide de se lancer. il est près de frank, le twin de volt. mais tant pis, ce soir elle va lui parler elle en a décidé ainsi. faut qu'elle se décoince la petite. « ils sont pas au bout de leurs surprises. » qu'elle engage pour attirer son attention. elle pose ses fesses près de lui, à une distance respectable. ce qu'elle dit est vrai, en soi, c'est que le début de l'aventure pour eux. « joli feu hein ? » elle ne va pas dire que c'est belly qui cuit, mais ça lui démange. alors la brune se met à tortiller ses doigts plein d’égratignures et de coupures pour ou moins neuves. ses bras aussi sont dans cet état, les animaux ne pardonnent pas surtout dans leurs derniers mouvement désespérés pour échapper au couteau. « c'est bien être cartographe ? » ekat est curieuse. elle a posé la question comme la douce sally l'aurait fait ; innocente.

_________________

“Darkness, real darkness, was
more than just a lack of light.”
belly : pig (rip)
blackwell : dog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t110-confinement-can-be-utterly-beautiful#1024
avatar

SUBJECT B8 : THE AVENGER

Messages : 120 Avatar : maisie williams
Pseudo : amortentia (morgane)
Copyright : carole la plus belle que j'aime de tout mon petit coeur

Occupation : maton des coffreuses, le respect des lois du bloc sont importante pour la petite môme autoritaire
Inventaire : une casquette du wicked, pour éviter les petits coups de soleil + une pelle de coffreuse qu'elle porte fièrement + une jolie dague que la vengeresse porte à sa ceinture

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Lun 30 Mar - 22:18

La tyrannique enfant avait passé la journée a inspecté le bloc de son regard impitoyable. Volt ne parlait que de cette soit disant fête, un moment de relaxation qui pouvait mettre une vengeresse dans tous ces états. Il faut dire que la sauvage n’était pas si à l’aise que ça, sourire était bien difficile, alors partager des sourires jocards n’allait pas l’aider. Pourtant, elle avait osé participer. Il ne fallait pas se demander qui l’avait forcé, la rousse au regard qui crie licorne l’avait poussé à " s’amuser ". Parce que s’amuser ne fait pas parti du vocabulaire de la blocarde. Pour elle, le moment le plus jouissant du bloc se révèle être la nuit. La nuit où personne ne parle, personne n’est présent. La nuit où elle peut divaguer, rêver à ce qui pourrait un jour, lui donner ce sourire qu’elle ne connait pas. Et la douce solitude devient un havre de paix, dans sa mélancolie de pacotille.

Et puis elle s’ennuie, la lunatique. Elle ne sait pas rire, alors que faire quand ce petit bruit immonde tout un endroit. Le feu est la lumière de la soirée et la joie est le premier mot. Pauvre folle, elle se sent remplie d’une chaleur qu’elle déteste. Cachée derrière sa pelle dont elle se sert de canne, la petite gueularde observe tout le monde se mettre en œuvre pour aider Volt et compagnie. Enfin, tout le monde est sous les ordres de Volt, ou une furie, à voir. Elle les observe de son air malin qui déplaît à tout le monde et qui lui va si bien. Cet air de génie incompris qui s’aime dans son paradis isolé des autres. La machiavélique coffreuse plante sa pelle dans la terre fraîche de la ferme. Approchant à grand pas Volt, elle lui tape sympathiquement dans le dos avec amusement. Pour un petit sourire félin, la colérique s’amuse à observer le bloc avec un gout amer dans la bouche. Faire une fête semble bien dérisoire. Enfermé dans l’enfer de la jungle, un labyrinthe dont personne n’a la clef pour sortir. Et ce qui agace encore plus la brunâtre, c’est qu’aucun coureur ni cartographe en profite pour faire avancer les choses. Elle croise le regard de June la brune, et elle sait qu’elle doit se taire. Qu’elle doit fermer sa bouche au risque de se faire massacrer par une armée d’adolescent. Des blocards qui profitent de cette fête pour s’amuser. Et puis Archy, il parle. Il dit des mots dans le vent, puis quand il parle de règle, il réveille la petite Nesis. Ennuyé de cette mascarade, elle s’avance près de lui, pelle à la main qu’elle replante dans la terre ferme d’un geste dur. « Compte sur moi pour les remettre en place si ça va mal. » La vengeresse n’est pas prête  à se faire marcher dessus ce soir et si on demande ses qualités autoritaires pour passer une bonne soirée, elle est prête à le faire pour les beaux yeux de sa petite licorne rousse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

SUBJECT A5 : THE SKETCHER

Messages : 515 Avatar : Toby Regbo
Pseudo : Summer Child (Coralie)
Copyright : Ti (ava) Ziggy Stardust (signa)

Occupation : Maton des cartographes, vous savez, les types qui sont derrière et qui décodent le charabia des coureurs.
Inventaire : Un vieux carnet à la couverture de cuir, rempli de notes, gribouillis et portraits des Blocards. Un crayon solide et tout-terrain, qui porte les marques des doigts de son possesseur.

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Mar 31 Mar - 0:27


Les deux nouveaux étaient arrivés aujourd’hui, fraîchement sortis de la boite. Et comme d’habitude, les blocards allaient se réunir au crépuscule autour d’un grand feu iridescent qui allait envoyer une vive lumière dans tout le labyrinthe. Comme pour dire aux griffeurs que pour une nuit, nous n’avions pas peur d’eux. Comme pour dire aux Créateurs, à travers le regard robotique des scaralames, qu’entre ces grands murs de béton dans lesquels ils nous ont enfermés, nous continuions à vivre. J’aimais cette coutume. J’aimais observer le monde autour de moi s’agiter, observer notre cuisinière sautiller partout, les interactions entre les membres de cette communauté hétéroclite. J’aimais regarder les gens, leurs réactions, les détails que personne ne voyait. Perdu dans la solitude de l’artiste, je sortis mon carnet pour immortaliser le regard d’Ekat, emprunt d’une mélancolie douceâtre, qui se posa  sur l’animal cuisant pour nous nourrir.

Il va sans dire que je ne faisais rien pour faire avancer les choses. Quand Volt demanda de l’aide, je vis un coureur et un medjack inoccupés vinrent à sa rescousse. Mais moi, je me contentai de lui sourire de toutes mes dents d’une manière machiavélique, jouant avec mon crayon usagé. Je tenais à mon indépendance. Seul Archy pouvait me donner des ordres, les autres avait la malchance de se faire rembarrer. C’était une coutume pour moi que de rester là, calme au milieu de cette agitation, comme un vieux marin solide au milieu de la tempête, dans les nuages de poussière formés par tant de pieds.

Et puis vint le soir, lorsque le ciel se para de son manteau stellaire, quand les flammes jettèrent une lueur sauvage et presque féroce sur tous les visages. Volt nous mit en garde, comme à son habitude, un air mauvais de matrone italienne vexée sur le visage. Elle savait très bien que ça allait dégénérer, qu’une semi anarchie régnait durant ces soirées, malgré toutes alertes que nous pouvions recevoir. Mon regard tomba sur les frêles silhouettes des deux nouveaux, qui m'intriguèrent. Ils donnaient l’impression de retenir leur souffle pour ne pas qu’on remarque qu’ils existent, un air presque fantomatique peint sur leurs visages. L’amnésie devait les effrayer, les coutumes de cet endroit, toutes nouvelles, devaient leur paraître étranges. Les règles que sous-entendit Archy n’étaient pas une pacotille. D’ailleurs, Nésis appuya ses dires d’un coup de pelle sur le sol, qui retentit comme une menace. J’eux un sourire en coin. Si la petite brune n’avait pas pour habitude de commencer les bagarres, elle savait très bien les terminer. Cette pelle, dont elle se servait pour ensevelir ce que nous savions tous, lui servait également à nous assommer de temps à autre, et j’en avais moi-même fait les frais.

La fête put commencer, et chacun s'approcha pour goûter les mets de nos cuistots. Personnellement, je préférais juger de la qualité du repas en vérifiant la mine de mes dévoués compatriotes, comme un souverain s'enquiert de la santé de son goûteur attitré avant d'entamer son déjeuner. Aucune envie de me coltiner un mal de tripes pendant toute la soirée ! La dernière fois, j'avais été incapable de me lever pour me mettre au boulot ! Comment ça, l'alcool de fruits bizarre ? L'alcool n'avait rien à voir avec tout ça. Non, non, non. D'ailleurs je ne buvais jamais. Pas mon genre, tout le monde au Bloc pourra vous le dire.

Un briqueton vint me taper l'épaule et me proposa une bouteille au fumet parfumé que j'acceptai volontiers en échangeant quelques mots, mon regard posé sur la petite foule de blocards. Archy était dans un coin, son visage de grand frère dans notre direction, bienveillant. Parfait dans son rôle de chef, que jamais personne n'aurait la folie de lui prendre. Isaac vint lui chuchoter quelque chose à l’oreille, les yeux dirigés vers nos petits greenies dont il devait déjà prédire l’avenir peu glorieux. Comment je le savais ? Je connaissais ce regard, puisque c’était celui que j’adoptais la plupart du temps pour observer les autres. Quand j’avais peur pour eux, malgré tout ce que je pouvais montrer, et que je m’inquiétais. Mais ce soir, ce regard m’agaçait. Trop sérieux, trop lourd. Et ce soir, nous avions décidés de ne pas être sérieux, au moins pendant quelques folles heures. Je me rinçai la gorge avec le mélange magique, avant de balancer  avec nonchalance la bouteille à un autre gars et de m’avancer devant la ferme. Au milieu du cercle de terre battue, j’ouvris grand les bras et lançai à la cantonade :

« Alors ? Qui veut tenter sa chance ? »

Plus tard, quand Volt aurait le dos tourné et que Nésis aurait rangé sa pelle, les choses pourraient devenir plus amusantes. Oublions pour une nuit le cauchemar que nous vivions depuis notre réveil dans cette fichue boîte.

_________________
FIND A WAY OUT
©️ ZIGGY STARDUST.

RP Commun Bloc A A RAMENEZ VOS FESSES :luvbz:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t138-jaime-sprezzatura-is-my-way-of-life
avatar

SUBJECT B1 : THE COMMANDER

Messages : 635 Avatar : marie avgeropoulos.
Pseudo : red stars. (ève)
Copyright : (av) ice and fire. (gif) tumblr.

Occupation : chef du bloc b.
Inventaire : une boîte de pansements ; un couteau qu'elle cache dans sa botte gauche et qu'elle ne quitte jamais.

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Mar 31 Mar - 22:24

« Feu de camp dans peu de temps pour fêter votre arrivée. Vous participez et vous vous amusez, demain, on vous explique votre rôle, compris ? » qu’elle demande, June, d’un claquement de langue sec alors que ses yeux se tournent vers Archy qui a fait irruption dans la ferme pour vérifier que tout allait bien, sans nul doute. Les garçons, la môme, elle ne les a pas toujours compris : au-delà des barrières qu’impose la nature, un homme est une créature compliquée. Bien moins civilisée et simpliste que ses congénères féminines, le garçon est un mélange rayonnant qu’il n’est pas bon de sous-estimer. A la fois complètement stupide mais aussi absolument brillant, un homme est hétérogène au possible et traîner avec les blocards revient tristement à ne pas tenir pieds, à vaciller constamment, oscillant entre une admiration peu commune et un dépit certain. Ainsi, parfois, June les compare à une vaste étendue d’eau ou le nom lui échappe tristement. Non pas qu’elle n’en ait pas souvenir,  mais elle n’est pas sûre qu’il y ait un mot pour décrire l’immense orage qui remue les rouages de cette mer mécanisée. Pourtant, les garçons sont ceci, un magnifique contraste odieux et fier, se balançant d’avant en arrière comme une haie vacillante, au rythme d’un vent parfois éphémère. « Maintenant, filez. » qu’elle ordonne alors que tout le monde s’affaire à préparer la soirée dans les règles de l’art. Mais ils ne s’éloignent pas, les cloportes, ils restent là à  la regarder gauchement, un peu hésitant avec la façon dont ils doivent de comporter : ils ont compris que la môme au cœur de granite n’est autre que l’une des chefs, et que sa parole est d’or. Ainsi ils veulent éviter tout problème, et ils espèrent que cela se fera en la regardant comme si, tout à coup, sa tête avait pris la taille d’une pastèque. Qu’ils peuvent être idiots, ces nouveaux. Elle est le porte-parole du bloc, June, au même titre qu’Archy et c’est un peu dépités, les greenies, qu’ils ont affaire à la plus stricte des deux alors que le garçon s’est envolé pour fermenter on ne sait quels fruits. June, elle, se contente de les observer comme deux australopithèques et ses grands yeux volés à un isatis ne peuvent s’empêcher de se poser  sur le prognathisme du garçon. Puis elle tourne la tête vers la gamine, appelée Nyx si ses souvenirs sont bons, quelque chose dans le style. La pauvre gamine, dotée qu’une chevelure lisse et brune, aurait bien besoin de s’épaissir. Après un coup d’œil appuyé, June pourrait à  présent parier que Nyx ne pèse pas plus lourd qu’un lémurien, et elle semble continuellement respirer de l’azote puisque ses joues se gonflent inlassablement et une toux importante résonne dans la ferme. June fronce les sourcils en les observant. « Oh eh, je parle babylonien ou c’est simplement votre neurogenèse qui a eu un problème ? Peut-être même qu’à l’instant, je ressemble à un ornithorynque ? Sérieusement, reprenez-vous, ou je demande un des blocards de vous assommer avec une casserole pour vous remettre les idées en place. » ironise-t-elle à moitié en les regardant, les yeux rieurs et les lèvres très légèrement attirées alors que Nyx tremble, sans doute sur le point de faire exploser son pacemaker, pauvre petite moribonde.  Elle se souvient, June ; elle se souvient. Quand elle est arrivée, hésitante, les phalanges blanches d’avoir trop serré Gaïa contre elle. Elle se souvient ; elle se souvient des incidents qui ont jalonné son existence, elle se souvient des yeux charbons de Thémis, elle se souvient des soirées longues et ennuyantes qu’elles passaient à quatre alors que, pour détendre l’atmosphère, Gaïa jouait au chapelier, se trouvant mille coiffes imaginaires qu’elle aimait par la suite créer de feuilles et de ridicules brindilles. En faisant remonter à la surface tous ces souvenirs, elle a l’étrange impression qu’immédiatement, en revenant sur terre, on la pressurise de la tête aux pieds et on l’empêche d’atteindre les étoiles. Sa pression atmosphérique redevient normale et c’est lourde, lourde d’un million de fragment de passé qu’elle vit dans le bloc, qu’elle subit le bloc, qu’elle survit au bloc.

Un dernier regard qui acidifie l’air, ayant pour simple réussite d’éloigner les corps des ignorants, et June fait demi-tour pour rejoindre Volt et la petite troupe, Volt qui espère sans doute jouer avec un garçon au hache-viande, les découpant parfaitement symétriquement les insolents. Il faut dire que les mufleries des garçons commencent à taper sur le système des plus colériques, après tout, est-ce la faute de Volt si on ne mange pas pizza tous les soirs ? D’ailleurs, c’est un peu dépitée que June les voit encore espérer après tout ce temps. D’un coup d’œil éloigné, c’est le corps élancé d’Isaac qu’elle aperçoit d’abord et c’est souriante qu’elle s’approche de lui. Son corps se glisse derrière le sien sans un bruit et ses mains sur posent sur ses yeux alors que d’une grosse voix, elle lance : «  Luke, je suis ton père. » Puis dans un léger éclat de rire, bref mais solaire, elle se laisse tomber à côté de lui pour fixer les flammes. « Tu devrais te faire gaufrer mon prénom sur le tee-shirt tant je suis fabuleuse. Voir mon visage. Je ne sais pas trop. » Puis elle regarde l’attroupement qui se forme autour de la nourriture et sa tête se tourne vers le brun. « Si t’as faim, tu devrais te dépêcher. »

_________________
leaders do what they think is right. ✻  salvation comes at a price.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Mer 1 Avr - 0:23

UNE NUIT PLUS TÔT
Le soleil se couche déjà, s'embrase dans un crépuscule, se noie, là-bas. Là où ils ne voient pas. –  Ils dorment tous, enfin.
La démarche presque féline, le regard stellaire, Mickey s'éloigne des tocards et des jobardes réunis dans ce labyrinthe, dont les ronflements ne font qu'une seule mélodie qui accompagnent sa marche hors de la ferme. Il ne dort pas très bien depuis des centaines de nuit, et se replie dans la solitude. L'anarchie dans les pensées qui s'accrochent contre les parois de sa boîte crânienne, le cerveau pressurisé par les souvenirs qui lui reviennent, la mémoire qui lui chuchote sur un ton douceâtre « ta mère est morte, les poumons usagés, dévorés par la poussière. » Son amnésie s'évapore, une plaie sur le bras, une cicatrice, un traumatisme qui avait provoqué une neurogenèse : une piqûre de griffeur. Cette sale bête (un peu plus répugnante que son camarade, le scaralame (ce cloporte) plus dangereuse, plus laide ; une sorte de limace dégueulasse, souffrant d'un prognathisme inquiétant, une créature machiavélique) lui avait infligé cette blessure, par malchance, lorsqu'il était encore un coureur, lors de son premier mois. Il parcourait alors les couloirs du dédale avec les blocards les plus courageux. Bien heureusement, ils avaient su s'organiser très vite avec l'irruption d'autres candidats hors de la boîte. Et June, et Archy, ils avaient su s'élever au rang de portes-parole et imposèrent des castes. Ainsi, Mickey avait cédé sa place à des jeunes un peu plus faits pour la course. Mais ce soir, il est en proie à une absurde mélancolie. Il revoit quelques étapes ayant jalonné son existence (encore, les mêmes), ça le tourmente ou le fait sourire. Il oublie, pendant une fraction de seconde les cochons égorgés, pour revoir des animaux plus exotiques (et plus vivant, ironiserait-il): la tortue, le lémurien, l’ornithorynque même. Ce souvenir de pacotille, demeurant aussi doux que le pelage cendré d'un isatis surprend son cœur qui s'épaissit et l'oblige à prendre une grande inspiration. Les traits de son visage restent impénétrables, mais tout est bouleversé, à l'intérieur de lui. Il ose regarder au-delà des murs en compressant ses phalanges pour faire craquer ses articulations, comme on oserait jeter un œil par dessus une haie pour épier son voisin. Ces monstres de pierre lui donnent une énième fois le vertige (depuis tout ce temps, il ne s'y est pas encore habitué).

Et il s'endort, plus loin.

Mickey aurait pu le prédire, il se lève avant tous les autres. Non pas que les conditions dans lesquelles il s'était endormi étaient très mauvaise (de toute manière, au bloc, on n'y dort jamais bien. Enfin, tout est relatif.), mais il est réglé comme une horloge et ça se passait toujours ainsi. Dans son indépendance moribonde, il posa une dernière fois son regard sur les murailles de granit. Le temps passe vite, trop vite. Tout le bloc s'agite, il n'y comprend rien, il est un peu perdu (comme toujours), il entend parler d'un feu (le roi de ses contes iridescents) pour fêter l'arrivée de deux greenies. Il voit les têtes-de-pioche sautiller à l'idée d'avoir un temps de repos, la pompe qui s'emballe trop vite à en faire sauter un pacemaker. Une fois de plus, les medjacks seraient d'une très grande utilité, si certains s'évanouissent sous l'émotion. C'est dingue, de s'amuser un peu, de se perdre dans des mufleries. C'est dingue, d'oublier qu'on est là, dans ce trou, à crever comme les  babyloniens,  écrasés par l'empire, comme eux sont ensevelis sous leurs recherches qui ne mènent nulle part. C'est fou, aussi fou qu'un chapelier. Mais ils sont tous là, comme s'ils en ont besoin pour survivre, d'un bout de « belly » cramé (mais surtout d'un bout de liberté simulée). Même June (surtout elle). Elle a l'air de s'amuser, elle aussi, un grand sourire sur la bouche, laissant une réplique curieuse à Isaac. « Luke, je suis ton père. », Mickey arque à peine un sourcil, il ne comprend pas tout (comme toujours). Et il se pose, lui aussi, face à ce brasier (juste un peu plus loin, comme d'habitude). L'odeur de charbon se mêle à l'azote, s'ancre dans l'air.  La faim commence à le tirailler, mais il n'ose pas se mêler à la foule qui s'agite encore un peu autour de la nourriture (ni tarte à la pastèque, ni pizza, mais plutôt un bidule étrange, acidifié, qui écorche la gorge à chaque bouchée, confectionné gauchement par le chef étoilé du bloc qui se débrouille avec une casserole, une broche et quelques couteaux – pas de hache-viande dans cet enfer, c'est bien trop sophistiqué), massacrant tout ça à coup d'outils dignes d'australopithèques. Ils n'ont pas voulu envoyer plus de couverts, les gens de là-haut. Les condamnés doivent s'y faire, avec Volt la rouge aux fourneaux. Quelques places se libèrent, il se lève pour grignoter quelque chose à son tour. Un torcheur se gaufre pas loin, sur des rires étouffés tandis que Mickey reste toujours aussi impassible. (Il devrait se détendre, celui-là. Tout ça : ce feu qui crépite, ces gens qui rient, ces joues qui rosissent, ces panses qui se remplissent. Tout ça, c'est fait pour ça.)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

SUBJECT B21 : THE PEACE KEEPER

Messages : 527 Avatar : ♦ shailene woodley
Pseudo : ♦ szalona. (paula)
Copyright : ♦ halloween (avatar) | bizzle (signature)

Occupation : ♦ cartographe, bloc b.

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Mar 7 Avr - 20:53



(∆∆∆)
wildcats
everywhere
wave your hands up in the air

Personne n'avait été surpris quand la boîte avait crié ses bips habituels. Vous aviez tous couru vers elle, enthousiastes à l'idée de voir à quoi allaient ressembler les Greenies de ce mois-ci. Tu en avais vu une dizaine sortir de la boîte depuis ton arrivée ici. Ça ne représentait rien comparé à ceux déjà présents, mais tu avais tout de même l'impression que c'était trop. Vous étiez déjà trop à vous presser entre les murs du bloc. Tous ces jeunes hommes, toutes ses jeunes filles, jetés là sans leur laisser la chance de savoir pourquoi. Vous avez tous vos théories. Et vous n'avez aucun moyen de justifier leurs exactitudes. Oppressant, cette situation. Frustrant, même. Toi qui avais horreur d'ignorer, six mois après avoir commencé ta vie, la seule dont tu te souvenais, tu n'en pouvais déjà plus. Mais tu faisais avec. La famille que vous formiez, malgré vous ou pas, permettait à ton esprit de s'occuper. Cartographier. Aider. Ecouter. Tu avais toujours quelque chose à faire. Alors quel soulagement lorsque la voix d'Archy s'éleva après l'arrivée des deux nouveaux, vous apprenant que vous pourrez passer votre journée comme bon vous semblait. Tu soupires, plus de bonheur que d'agacement. Tu passes l'après-midi à aider à débarrasser la boîte des provisions et fournitures que les créateurs vous avez envoyé, ainsi qu'à les ranger. Tu aides aussi à former un immense cercle, là où vous partagerez le grand repas de ce soir. Les odeurs de ce dernier, s'échappant de la cuisine, à quelques mètres de toi, te mets l'eau à la bouche, te rends impatiente. Même si la cuisine de la maton des cuistots n'était pas des plus gastronomique - le peu de mémoire qu'il te restait te permettait de te souvenir avoir mangé plusieurs mets exquis - tu ne pouvais rarement attendre longtemps après que les premières effluves avaient chatouillé tes narines. Tu jettes de fréquent coup d'œil vers la bête que la rouquine tourne à la broche, t'attardant quelques fois sur la brunette présente à ses côtés. Tu es sûre qu'Ekat pleure intérieurement devant la viande fumante, et cette pensée t’arrache un léger sourire. Vous en avez besoin, de cette journée de congé. Oublier l'atmosphère d'habitude pour s'enjouer un peu.

Le soleil se couche rapidement, bien plus que tu ne l'aurais cru, et bientôt la presque totalité des bocards sont agglutinés autour de l'énorme feu de camp que vous aviez dressé là. Tu les aimes, tes blocards, surtout quand ils sont tous ensemble, riant pour la plupart. Evidemment, il y en a qui n'arrivent pas à s'amuser, à oublier le fait que malgré le feu, les bruits des conversations, l'odeur de la nourriture qui cuit, ils sont toujours bien là, emprisonner comme du bétail dans un enclos pour vous ne savez quelle raison. Mais toi, tu y arrives. Tu veux croire que le bonheur est encore possible. Que même si, en effet, vous n'êtes que des foutus prisonniers, vous avez quand même le droit et le pouvoir de vous amuser encore un peu. Tu regardes Isaac et June dire n'importe quoi, volt menacer un quelconque coupable d'attaque de nourriture, et les autres babillages commencer autour de toi. Tu les aimes. Tu cours chercher un morceau de viande, adressant un sourire radieux à Volt, et retourne t'asseoir. Tu regardes Jaime, ton maton et collègue, se lever et se dresser au milieu du cercle que vous formiez tous, et défier quiconque le voudrait à tu ne savais quoi. Ses traits n'étaient pas habituels. Le sérieux, la discipline, la rigueur avaient quitté son visage. Un sourire fendait son visage, un sourire que tu voyais rarement. Tu ne savais pas quoi en penser, de ce sourire, mais tu te dis que si même Jaime arrivait à en dessiner un, alors tout le monde le pourrait également. Alors tu pouvais élargir le tien. Tu t’exécutas. Jetant un regard furtif aux Greenies, qui vous contemplaient avec un air perdu. Ce que vous deviez sembler étrange. Mais ils allaient s'habituer. Vous l'avez tous fait. Personne ne répond à l'appel de Jaime, qui était resté planté là. Tu ris, malgré toi. « T'en fais pas. C'est pas parce qu'ils t'aiment pas. C'est parce qu'ils n'en peuvent plus de te mettre par terre à chaque fois. » Tu les aimes.

_________________

 
 
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t129-persephone-if-you-re-looking-for-the-demons-to-play-while-with-your-own
avatar

SUBJECT B9 : THE NURTURER

Messages : 277 Avatar : holland queen roden.
Pseudo : blackthorns, aka kim.
Copyright : carole la luciole, la plus belle du monde + tumblr.

Occupation : maton des cuistots - pas de grand-monde donc -, maman grincheuse du bloc, raccommodeuse à ses heures perdues.
Inventaire : une brosse à cheveux, et puis tout ce qu'il y a dans sa cuisine, même si y'a pas son nom dessus. ça coupe bien quand mêmes, les lames affilées. ah, et aussi une casquette du wicked, qu'elle s'empêche pour le moment de brûler, au cas où ça servirait un jour.

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Lun 13 Avr - 22:34



we're all in this together

La jeune femme jeta un regard mauvais à Archy, sans toutefois protester aussi virulemment que d’habitude, un peu trop crevée pour. « La prochaine fois qu’tu voudras manger quelque chose, grand chef, j’t’invite à découper le cochon toi-même ! » En tout cas, sur ce coup-là, c’était sûrement pas lui qui avait fait le sale boulot, mais Ekat et elle. Alors, qu’il se plaigne. Simplement, la prochaine fois, si sa portion était à vomir, ce serait totalement fait exprès. Si elle en était désolée ? Pas le moins du monde. Son sourire fatigué, elle le dédie plutôt à Isaac et ses plaisanteries. « Ce bloc grouille d’hyperactifs, Isaac, c’est pas une de plus ou une de moins qui va changer. Et puis, pas comme si j’l’étais pas d’habitude ! » Ils s’y étaient accoutumés, non, les blocards, à voir leur maton cuistot courir d’un bout à l’autre du bloc, des enclos aux portes, des portes aux potagers, surveillant à peu près toutes ses ressources du moment pour évaluer à quel point elle allait devoir serrer les portions pour nourrir le nombre de bouches à nourrir, qui s’augmentait de deux chaque mois. Si elle voulait continuer à avoir un minimum de temps libre entre deux repas, la pub des autres jobs du bloc allait passer à l’arrière-plan et des greenies allaient définitivement se faire réquisitionner. Pas le temps pour les protestations.

Pas exploser avant minuit, c’est bien joli. A voir l’air vicieux de certains (coucou Jaime), elle était à peu près certaine que les choses allaient dégénérer dans les deux prochaines jours. Mais au moins, elle ne manquerait pas du tout d’aide pour la vaisselle ce soir, n’est-ce pas ? Avec un peu de chance, tellement de blocards se mettraient au charivari général qu’elle allait même pouvoir s’en passer et les regarder tranquillement, prenant sa pause en avance. Comment ça, c’était un peu partial d’insister sur les règles, justement pour rappeler aux fauteurs de trouble qu’elles existaient et les rendre plus tentantes à franchir ? A la guerre comme à la guerre. « J’irais bien, t’en fais pas » qu’elle lance au brun avant de s’éloigner, chevelure rousse se perdant parmi les têtes de tous les autres habitants du bloc. Ils étaient probablement une cinquantaine, maintenant – ça faisait au moins un an qu’elle avait perdu le compte.

Quand elle recroise le chemin d’Ekat, qui fixe les flammes cuisant le cochon, elle frotte gentiment l’épaule de la brunette au passage. La manie de celle-ci de s’attacher autant à des animaux qu’elle sait qui vont aller directement à l’abattoir la laisse perplexe, mais elle la prend bien. Ekat aurait pu être une psychopathe, ça gagnait bien au change, non ? « Allez, il a eu une belle vie, t’en fais plus pour lui. » Ses consolations sont bancales, un peu maigre, mais pour ce soir, c’est tout ce que la tata grincheuse du bloc a à offrir, car l’ambiance monte, monte généralement. Même les gens à l’écart s’intègrent au cercle, et c’est avec un grand sourire contrastant avec sa mauvaise humeur toute récente qu’elle entraîne les greenies plus près du feu et parmi les rires des autres, avant d’héler Mickey un peu plus loin. « Eh, Mickey ! Sers-toi, surtout, qu’Ekat et moi, on ait pas tué Belly pour rien ! »



_________________
my skin has turned to porcelain, to ivory, to steel
and if you're still breathing, you're the lucky ones; 'cause most of us are heaving through corrupted lungs, setting fire to our insides for fun, collecting the names of the lovers that went wrong. we are the reckless, we are the wild youth, chasing visions of our future. one day we'll reveal the t r u t h.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t127-izzy-she-replaced-the-garden-around-her-heart-with-a-high-wall
avatar

SUBJECT A5 : THE SKETCHER

Messages : 515 Avatar : Toby Regbo
Pseudo : Summer Child (Coralie)
Copyright : Ti (ava) Ziggy Stardust (signa)

Occupation : Maton des cartographes, vous savez, les types qui sont derrière et qui décodent le charabia des coureurs.
Inventaire : Un vieux carnet à la couverture de cuir, rempli de notes, gribouillis et portraits des Blocards. Un crayon solide et tout-terrain, qui porte les marques des doigts de son possesseur.

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Jeu 16 Avr - 18:09

Alors que personne ne répondait à mon offre, je lançai des boutades à mes camarades pour les décoincer. Une fois par mois, ils ne voulaient pas se détendre ou quoi ? Certes, y’avait toujours Nesis qui allait attraper des crampes à force de tenir sa pelle, comme un naufragé s’accroche à sa bouée de sauvetage. Et puis Volt, la terreur des cuisines, qui tentait de son regard noir de nous empêcher de nous amuser pleinement. Je ne cite pas non plus Mickey, qui avait toujours un air constipé impossible à effacer de ses traits. Et puis, les quelques individus qui ne se déridaient jamais. Mais la plupart pouvaient bien m’accorder une danse non ? Un virevolter dans le sable, venir avec moi s’envoyer au sol ! (et pas en l’air… pas devant tout le monde, je vous prie…). Tellement, teeeeellement sérieux. Bon, okay, un petit cercle chaleureux était en train de se former et de dégeler l’atmosphère pesante du bloc, quelques petits groupes s’étaient faits ça et là et discutaient. Mais ce n’était pas encore assez à mon goût. Vexé que personne ne prenne mon invitation à la lutte au sérieux, j’étais en train d’envisager de glisser de l’alcool de fruits dans chacun de leurs gobelets quand Percy m’envoya un de ses sourires moqueurs. Le mien tomba quand j’entendis ses mots. « Eh ! Si je vais à terre, c’est parce que je le fais exprès, ma belle ! » Ce n’était pas totalement vrai, mais elle n’avait pas besoin de le savoir. Percy et moi, nous avions un lien bizarrement qualifiable. Ce n’était pas vraiment qu’on ne s’aimait pas… mais nous ne nous disions pas non plus des gentillesses à longueur de journée. A vrai dire, c’était tout l’inverse. Depuis qu’elle était arrivée, mes taquineries se dirigeaient beaucoup moins sur les autres. J’étais connu pour chercher des noises à un peu tout le monde, mais Percy, depuis qu’elle avait débarqué ici, avait récolté au moins cinquante pourcents de mon attention. Bon, peut-être soixante-quinze pourcents en vérité. Nos petites gueguerres devaient être épuisantes, vues de l’extérieur, surtout pour les pauvres Isaac et Aria qui nous supportaient toutes la journée dans la Salle des Cartes.

Alors, comme d’habitude, je m’avançai vers elle jusqu’à la rejoindre. J’attrapai son verre et le but d’une traite avant de le lui rendre. De l’eau, peuh… petite joueuse. Après une moue de dégoût, j’étirai mes lèvres en un sourire féroce, celui que je lui adressai particulièrement, celui qui commençait toujours nos parties. « Et toi, tu n’aurais pas l’audace d’affronter ton maton ? »

_________________
FIND A WAY OUT
©️ ZIGGY STARDUST.

RP Commun Bloc A A RAMENEZ VOS FESSES :luvbz:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t138-jaime-sprezzatura-is-my-way-of-life
avatar

SUBJECT B21 : THE PEACE KEEPER

Messages : 527 Avatar : ♦ shailene woodley
Pseudo : ♦ szalona. (paula)
Copyright : ♦ halloween (avatar) | bizzle (signature)

Occupation : ♦ cartographe, bloc b.

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Sam 18 Avr - 14:07



(∆∆∆)
wildcats
everywhere
wave your hands up in the air

Des plaisanteries et des moqueries, comme d'habitude. Six mois que la boîte était remontée avec ton corps à l'intérieur, et six mois que Jaime t'avait choisie comme cible. D'après ce que tu avais entendu, et d'après les réponses à tes questions, avant, ses cibles n'étaient pas isolées. Tout le monde y avait le droit. Mais tu avais du mal à y croire, après avoir observé que ses mots piquants atteignaient plus souvent ta dignité que celles des autres. Tu réprime un nouveau sourire. Ben voyons. « Quel gentleman. Non, vraiment, ça me surprend. » Tu ne sais pas trop si l'aimes bien ou pas, Jaime. Tu ne sais pas si les sourires qu'ils t'adressent alors qu'il vient de t'attaquer à coup de boutade sont sincère, ou s'ils ne traduisent que le plaisir qu'il prend à te détruire. Tu ne sais pas si tout ça, justement, tout ce qu'il arrive à te dire, il le pense, ou pas. Mais tu aimes croire que non. Et tu sais que les tiennes, de piques, elles ne sont là que pour lui rendre la pareille - bien qu'elles t'aident grandement à te rendre compte de tout ce que tu pourrais lui reprocher, si le terme était le bon. Il s'approche de toi, tout droit, les yeux rivés sur toi, et tu secoues la tête. Ah. Ça y est. Ça allait être ta fête. Tant pis. Tant mieux ? Il s'empare de ton verre, sans que tu puisses y faire quoique ce soit. Le vide d'un traite, grimace. Comme toi tu ferais si un jour, tu te permettrais de boire dans son verre. Et puis, il était là, le sourire qui voulait dire que la première manche serait la sienne. Tu le regardes, secoue encore la tête. « Tu me connais, je suis une fille prudente. » Flatter son ego pour mieux l'écraser ensuite. C'est ce que tu avais appris. Il adorait ça, les flatteries. Tu te lèves, reprend ton verre avec un air le plus impassible possible. Tu commences à marcher, vers la trancheuse, assise devant le feu, qui regardait sa bête brûler. Elle était toujours comme ça. Tu ne savais pas comment elle faisait pour s'attacher autant, mais elle te faisait de la peine, à devoir faire son deuil à chaque repas. Et puis, l'air de rien, tu t'arrêtes à côté de ton maton, lui jette le même sourire que celui qu'il arborait plusieurs secondes auparavant. Et tu passes ta jambe derrière son mollet, assez furtivement pour le faire chuter. Et il chute, le pauvre être. « Alors c'est vrai, tu laisses vraiment les autres gagner ! » Et tu t'éloignes, sourire aux lèvres, ravie de t'être débarrassée de lui. Pour le moment. Il allait revenir. Tu entendais presque son cerveau remuer afin de trouver une nouvelle crasse à te faire. Tu rejoins Ekat, t’assois à côté d'elle sur un tronc d'arbre, et pose ta main sur son épaule. « Ça va aller, cette fois ? »

_________________

 
 
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t129-persephone-if-you-re-looking-for-the-demons-to-play-while-with-your-own
avatar

SUBJECT A1 : THE LEADER

Messages : 375 Avatar : aaron johnson, le bg.
Pseudo : apolline (ludivine)
Copyright : (vava) odistole (signa) little wolf (gifs) tumblr

Occupation : chef du bloc a, la tête pensante dans tout ce foutoir, celui qui prend toutes les décisions et qui voit ses épaules s'alourdir de regrets.
Inventaire : Un cerveau, c'est déjà pas mal.
Sinon, quelques petits trucs représentatifs d'un chef de bloc, rien d'extraordinaire.

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Lun 6 Juil - 22:41



we're all in this together

Ça lui fait du bien. Il respire l'air comme si c'était de l'eau, laissent ses narines récolter l'odeur douceâtre et alléchante du cochon qui cuit, appartenant autrefois à Ekat. Il se sent bien, Archy, assis devant le feu, en regardant ses blocards avec un grand sourire ravi plaqué sur ses lèvres gercées, abîmées par la vie. Il est heureux quand il les voit s'amuser, il est heureux quand ils oublient pendant quelques instants l'enfer qu'ils vivent. Il opine de la tête lorsqu'Isaac vient lui faire une remarque sur les deux greenies, alors qu'un rire passe la barrière de ses lippes. « On était tous comme ça, fais pas celui qui joue au dur. » Il se moque ouvertement du cartographe. Archy, c'est lui qui les a tous ramassés à la petite cuillère un par un avec June, il sait de quoi il parle. Eux, au moins, ont eu la chance de découvrir des habitants, des personnes déjà présentes. Il s'est retrouvé seul dans un milieu inconnu, hostile, sa mémoire n'étant qu'un funeste souvenir, qu'un vide oppressant. Il a eu peur, longtemps, il s'est senti abandonné, son cœur s'est fissuré et maintenant, il va mieux. Il prend soin d'eux comme il prendrait soin de ses enfants, de sa famille. C'est ce qu'ils sont pour lui et il n'a pas honte d'avouer qu'il est un papa poule trop protecteur et toujours sur leur dos. « Ça va aller, Nésis, je crois que je vais refuser ta sympathique offre. » lui lance-t-il en faisant une grimace lorsque ses yeux charbons croisent sa pelle placée dans ses mains. Elle a pas froid aux yeux, celle-là, et elle flanque un peu la frousse à ce pauvre leader lessivé. Il jette un regard noir à Volt, et se risque à goûter à la nourriture qu'elle a préparé. Elle serait bien capable de l'empoisonner, y a aucun doute.

Le repas passe vite, dans une bonne humeur presque surprenante, personne ne s'est encore tapé dessus. Et c'est en buvant une gorgée de son alcool fait maison qu'Archy a une idée pour passer le temps : un action/vérité. Pas un général, cela créerait l'anarchie, mais en petit groupe, les moins éméchés. Son regard s'attarde sur certains blocards alors qu'il secoue la tête en signe de refus. Il se lève et s'approche de Percy et de Jaime. « Venez avec moi, vous deux. » Il n'attend même pas leur consentement, sa phrase sonne comme un ordre alors qu'il fait un signe à Ludwig de venir, qu'il oblige Nésis à quitter sa pelle pour qu'elle les suive. Il se poste, finalement, devant Volt. « Viens et discute pas, toi. » Il ne regarde pas si elle le suit alors qu'il continue dans sa lancée en emportant Ariane avec lui, qui vient seulement parce que la rousse le suit. Il n'invite pas June car elle n'est pas du genre à apprécier ce genre de jeux futiles mais invite Isaac. Finalement, une fois tout le monde présent, il s'adosse contre un arbre un peu plus loin du feu de camp. « Installez-vous.. On va jouer à un jeu. » lâche-t-il normalement en souriant grandement. « Tout le monde sait jouer à action/vérité, non ? » Il les regarde un par un avant de continuer dans sa lancée. « Qui veut commencer ? »

_________________
i drag myself out of nightmares each morning and find there is no relief in waking
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t131-archy-the-night-is-dark-and-full-of-terrors
avatar

SUBJECT B12 - THE SATANIC

Messages : 212 Avatar : alice englert.
Pseudo : electric bird. (carole)
Copyright : momo mon amr, reine des papillons<3
rip belly, tu étais un brave cochon.
Occupation : elle chouchoute les animaux, les berce, pour qu'ils vivent leur mort un peu mieux. maton des trancheuses, c'est piteux.
Inventaire : une fourche pour retourner le plonk des bestioles & des idées pas claires.

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Sam 11 Juil - 12:11

elle peut pas s'en empêcher ekat, c'est toujours toute une histoire ses animaux. normalement, elle devrait pas leur donner tant d'attention, les chouchouter comme ça c'est pas bon une fois qu'on leur passe le couteau dans l'artère qu'il faut. ça fait mal au cœur inutilement, alors que c'est pour la bonne cause. alors ce genres de cérémonies ont toujours un goût doux-amer, autant car c'est génial de tous se retrouver et de penser à autre chose que leurs problèmes, autant car pour remplir l'estomac de tout le monde elle a dû sacrifier son plus gros bébé. voir sa chair dorer au feu, emplir l'air d'une odeur particulière ça lui fait un peu mal. c'est pour ça qu'elle n'arrive pas à détacher ses yeux de son animal même une fois dans l'au-delà. tout le monde l'oublie la petite trancheuse, ils ont l'habitude qu'elle en fasse tout un plat alors elle reste invisible, soufflant dans l'air quelques petits mots mortuaires pour offrir à l'animal une cérémonie qu'elle seule pourra lui offrir.
volt la rassure, lui dit qu'elle doit pas s'en faire pour lui et qu'il a eu une belle vie. elle va pas s'en faire pour lui, maintenant qu'il est mort, c'est sûr. la vie de belly, c'est elle-même qui l'a assurée, donc pas de toute là dessus. « t'as certainement raison volt. » qu'elle finit par murmurer, détournant ses yeux pleins de chagrin du brasier. elle doit se soigner, à propos de ça, mais aller voir sally est clairement une mauvaise idée et puis, le psy du bloc est pas prêt d'arriver pour le moment. il faut qu'elle se change les idées, alors elle essaye de parler à isaac mais alors que sa question reste en suspens dans l'air, autre chose attire son regard. archy commence à rassembler des gens autour de lui, probablement pour faire un jeu. elle a jamais fais ce genres de trucs tout simplement parce qu'elle s'est jamais sentie très friande de ces âneries, elle trouvait toujours une excuse pour retourner auprès de ses animaux. alors elle siffle ekat, pour appeler blackwell son petit amour. le chien ne se fait pas prier et arrive comme s'il savait qu'elle allait l'appeler, comme s'il attendait qu'elle le fasse bien sagement près du feu. alors oui, il peut fausser compagnie à des blocards qui s'en occupaient mais sa maîtresse est tout pour lui, et réciproquement.
elle s'approche du groupe qui s'est formé avec vaguement volt, percy, jaime, nesis, isaac, ludwig et quelques uns qu'elle n'a pas le temps d'identifier. elle hausse les épaules et s'assoit en tailleurs à un espace miraculeusement vide à côté d'archy. elle arrive comme ça après lui avoir lancé un minuscule sourire (elle fait ce qu'elle peut) pour demander comme une espèce d'autorisation. c'est le grand patron charismatique et beau garçon, qui ne rêverait pas de s'installer près de lui ? blackwell s'allonge près d'elle et pose sa tête sur sa cuisse alors que machinalement, sa main vient le caresser. elle s'adresse à son autre voisin : « le chien ne te gêne pas ? » ce n'est pas ça qui va les tuer, mais certains sont plus sensibles que d'autres à cet animal. le chef suprême demande qui veut commencer le jeu, action ou vérité apparemment. le nom explique plutôt bien le principe alors pour ekat qui n'y a jamais joué, c'est avec soulagement qu'elle détourne les yeux. à quoi bon participer si ce n'est pour pas jouer ? elle n'en sait rien, des fois elle fait des trucs illogiques. même tout le temps en fait. elle est un casse-tête vivant qui n'a personne pour la réparer.

_________________

“Darkness, real darkness, was
more than just a lack of light.”
belly : pig (rip)
blackwell : dog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t110-confinement-can-be-utterly-beautiful#1024
avatar

SUBJECT A5 : THE SKETCHER

Messages : 515 Avatar : Toby Regbo
Pseudo : Summer Child (Coralie)
Copyright : Ti (ava) Ziggy Stardust (signa)

Occupation : Maton des cartographes, vous savez, les types qui sont derrière et qui décodent le charabia des coureurs.
Inventaire : Un vieux carnet à la couverture de cuir, rempli de notes, gribouillis et portraits des Blocards. Un crayon solide et tout-terrain, qui porte les marques des doigts de son possesseur.

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Sam 11 Juil - 16:06

Elle m’avait eu, la saloperie. J’étais tombé sur le dos alors que je ne m’y attendais pas, et je sus que j’aurais mieux fait de me méfier de sa soudaine passivité. Percy, c’était un animal qui attendait toujours que vous soyez endormi pour attaquer. Elle était fourbe, cette fille. Depuis le temps, j’aurais dû le savoir. J’esquissai un sourire, pensant déjà à ma prochaine vengeance. Hors de question de la laisser s’en tirer comme ça. Laisse-moi juste un peu de temps, ma belle, et je te promets que je vais revenir à l’assaut.

Le repas continua dans la bonne humeur générale, hormis pour quelques personnes que je ne citerais pas. A quoi bon, alors qu’on sait tous qui sont les rabats joie du bloc ! Et c’est alors que je rôdais près de Percy, cherchant une nouvelle façon de la taquiner avec toute ma gentillesse, qu’Archy s’approche de nous et nous tape l’épaule en nous demandant de le suivre. Sans trop comprendre, je me levai et le suivit alors qu’il regroupait quelques blocards autour de lui. Puis finalement, alors qu’on est assez nombreux, il nous donne l’ordre de nous installer pour jouer. Même quand il nous invitait à jouer, ça sonnait comme un ordre dans sa bouche. Un ordre d’un papa à moitié irresponsable qui, par miracle, est la plupart du temps écouté par sa tripotée d’enfants. Dont je ne faisais habituellement pas partie. Mais le terme de jeu m’intrigua alors j’obtempérai. Entre temps, Ekat vint se poser à côté de moi, flanquée de son inséparable chien. J’eus un petit sourire, en les voyant : ils étaient quand même mignons tous les deux. Mais hors de question que je l’avoue à voix haute. Ekat, même adorable avec son Blackwell, avait quand même un taux de sociabilité effroyablement bas. Alors pour la rassurer, – non je ne suis pas qu’un monstre incapable de sensibilité qui passe sa vie à enquiquiner Percy –, je hochai la tête. « Tu sais bien que non, il est super ton chien. Et tant qu’il bave sur toi, ça va ! »  Non, le trait d’humour, j’aurais peut-être pas dû : Ekat ne devait pas avoir assez d’expérience sociale pour comprendre l’ironie, même gentillette. Oui, oh, j’essaie d’être sympa, mais je suis pas doué !

Quand tout le monde fut bien installé, Archy balaya la petite assemblée du regard. Avec un sourire de pervers pédophile – tu sais très bien qu’il fait peur, ton sourire, chef – il nous annonça : « Tout le monde sait jouer à action/vérité, non ? Qui veut commencer ? » Avec une réactivité digne d’un coureur en face d’un Griffeur, je levai la main. « Moi ! »  Je me relevai, attrapai une bouteille d’alcool que j’avais casé dans mon dos pendant la soirée et la finis d’un trait. Le liquide brûla agréablement ma gorge. Je posai la bouteille au centre de notre petit cercle, et je la tournai. Entre temps, j’envoyai un regard amusé à Percy, en face de moi. Ce jeu était une occasion en or. Percy, me voilàààààààà ! Je fis tourner la bouteille, qui finit dramatiquement par s’arrêter sur… Archy. Tant pis, une prochaine fois. « J’ai jamais voulu t’avouer à quel point je t’aimais, chef, c’est l’occasion rêvée ! » Un peu éméché ? Oui sans doute. Peut-être pour ça que je m’avançai sans réfléchir sur Archy après avoir ricané comme un idiot.

_________________
FIND A WAY OUT
©️ ZIGGY STARDUST.

RP Commun Bloc A A RAMENEZ VOS FESSES :luvbz:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t138-jaime-sprezzatura-is-my-way-of-life
avatar

SUBJECT B21 : THE PEACE KEEPER

Messages : 527 Avatar : ♦ shailene woodley
Pseudo : ♦ szalona. (paula)
Copyright : ♦ halloween (avatar) | bizzle (signature)

Occupation : ♦ cartographe, bloc b.

Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together. Dim 26 Juil - 13:04



(∆∆∆)
wildcats
everywhere
wave your hands up in the air

Cette soirée faisait partie de celles que tu préférais. Celles où tout le monde semblait oublier le merdier dans lequel vous vous trouviez. Comme si vous n'étiez qu'une simple bande d'adolescent devant un feu de camp, absolument pas amnésiques et coincé dans un labyrinthe que les quatre esprits les pus aiguisés n'arrivaient pas à résoudre. Tu n'y pensais plus, à tes plans qui t'attendaient, qui te retournaient la tête depuis six longs mois maintenant. Dans des moments tels que celui-ci, plus rien n'importait, ci ce n'était le bonheur des autres, et le malheur de ton collègue.

Après l'avoir fait se ramasser sur le sol avec brio, tu lui donnais un peu de répit, le temps pour lui de trouver quelque chose à te faire en retour. Parce que c'était ce à quoi vous passiez vos journées. Il ne s'en passait pas une sans que l'un de vous deux ne soit sur le dos de l'autre. Et c'était dans de telles circonstances, entourés de gens, de nourriture et d'alcool, que vous vous amusiez le plus. Parce que vous ne vous inquiétez pas. Tu délaissais ton sérieux le temps d'un soir, ta rigueur et ton amour de l'ordre pour quelques instants.

La soirée continua alors qu'Ekat laissait son regard vide posé sur la bête qui rôtissait lentement, sous les yeux et le contrôle de votre Volt nationale. Il avait fini par être découpé, et tu te proposais pour aider à distribuer la presque centaine d'assiettes servies. Il y en avait, des bouches à nourrir. Trop, peut-être. Mais ça irait. Ça allait toujours. Tu avais finalement trouvé un coin pour t'asseoir et dîner tranquillement, quelques filles autour de toi, quand tu entends deux paires de pas s'approcher de toi. A ta droite, un sourire narquois. A ta gauche, une allure décidée. Des deux côtés, des boucles et quelque chose derrière la tête. Quoi, vous étiez à deux contre un, maintenant ? Et la justice, qui tenait temps à coeur à votre chef ? Tu lèves les yeux vers ce dernier, t'apprêtant à protester, à crier aïe avant d'avoir mal, mais il ne te laisse pas le temps de rien dire. Non, il s'empare juste de ton bras, te forçant à te relever, et il fait de même avec celui de Jaime qui était arrivé à votre hauteur. Il ordonne que vous le suiviez, mais tu le vois, son sourire caché, à lui qui est incapable de ne pas faire de connerie lors d'une pareille soirée. Il sait s'y faire, Archy, mais il n'est pas toujours le plus adulte. Il mérite lui aussi d'voir ses moments où il ne doit rien gérer. Ou, pour lui aussi, il ne peut être qu'un ado à un feu de camp. Très vite, il rassemble d'autres blocards, et tu adresses un regard las à Volt alors qu'elle est également sélectionnée par le grand chef. Sélectionnée pour quoi, Dieu seul le savait. Mais à en juger par la tripotée que vous étiez, ça ne présageait rien de très sérieux. Vous vous éloignez du feu, pour finalement vous asseoir près d'un arbre, tous en cercle, et toi entre Volt et Isaac. Et Archy lâche sa bombe. Action ou vérité, sérieusement ? Les yeux de la cuistot et les tiens se croisent de nouveau, exagérément dépités, mais tu ne peux pas retenir ton sourire plus longtemps. Lâcher prise, Percy. On te le répète trop souvent pour que tu puisses oublier de le faire. Et c'était l'occasion rêvée. Alors tu abaisses les épaules, regardes autour de toi, et ricanes alors que Jaime lève la main avec enthousiasme pour commencer, sans aucune surprise. Quand c'était pour faire n'importe quoi, il était toujours le premier volontaire. Il se lève, passe une main derrière son dos pour finalement brandir devant lui une bouteille, avant de la vider d'une seule gorgée. Ben voyons. Il s'est rassis. A posé la bouteille entre vous tous. Et tu pinces les lèvres pour ne pas rire. Quel abruti. Il fait tourner la bouteille au milieu de votre petit cercle, et vous souriez tous comme des idiots alors que le goulot désigne le grand Archy. Tu laisses ton maton sortir une boutade et s'approcher du chef, pour profiter un petit peu du ridicule dans lequel il s'était fourré, avant de finalement laisser s'échapper la phrase qui tournait dans ta tête depuis plusieurs secondes. « Excuses-moi de te couper dans ton élan, trésor, mais il me semble qu'il va nous falloir faire un point sur les règles de l'action ou vérité. J'me trompe ? »

_________________

 
 
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t129-persephone-if-you-re-looking-for-the-demons-to-play-while-with-your-own

Contenu sponsorisé


Message(#) Sujet: Re: (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together.

Revenir en haut Aller en bas
 

(LIBRE BLOCARDS) we're all in this together.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (LIBRE BLOCARDS) we're all in this together.
» eau libre
» nouvelle poudre libre HD
» presse libre, l'appel de la colline
» les 6 mois de complement de libre choix de garde (la paje)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GET READY TO RUN. ::  :: PARTIE TRANSVERSALE-