AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes   Tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité


Message(#) Sujet: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 0:21

AÍsa HEIKKILA
ft. astrid bergès-frisbey
✱ douce, fragile, fébrile, silencieuse, énigmatique, attractive, timide, téméraire malgré elle, jolie, lunatique, poétique dans l'âme, hargneuse, imaginative, entité de rage et de haine. fille des contraires faisant échos dans les vallées.
aísa, on aurait peur de la briser, de l'égratigner, parfois même de la toucher. cette chair si fébrile dissimulant un tas d'os d'infortunes, et son faible cœur qui crépite dans les tréfonds de sa poitrine brûlée. un peu comme un ange, un peu comme une sainte, elle déborde d'imagination et de vie. une vie qui murmure. penchez l'oreille, et vous l'entendrez. ce triste souffle au loin, parmi les étoiles, tentant de s'accorder avec les lueurs d'une âme la comprenant, la chérissant. elle a besoin d'amour, elle a besoin de sentir le regard d'un vivant sur son cou, son visage, son corps, et ses lèvres, ses lèvres de rêves, ses lèvres de reines. le monde ne cesse de les embrasser, de les toucher du bout de sa passion, l'extrémité de sa déraison. personne ne voudrait lui nuire, à cette petite fille des rues, cette petite fille perdue.  ✱ aísa, elle ne ressent pas comme les autres, elle ne respire pas comme les autres, elle ne vit pas comme les autres. un jour, un jour, elle est tombée sous les flots d'un lac gelé en des contrées éloignées. elle s'est penchée, son souffle chaud a atténué la fraîcheur des hivers, et sous son poids frêle et incertain, la glace s'est brisé. le froid la paralysa, l'envenima, comme un parfum d'erreur la tuant. elle s'est imaginée retrouvée là, sous les flots, perdue à jamais, mais conservée en cette apparence dénué d'imperfection, cette apparence des beaux jours. une jeunesse éternelle. cependant, elle fut retrouvée à temps, elle fut secouru par cet ange, cet ange de ses nuits, cet ange sans visage. parce que, dès à ce jour, le monde n'avait plus de visage, pas même le reflet de son âme. atteinte d'une prosopagnosie avancée, elle ne parvient plus à reconnaître le visage de qui que ce soit. sa famille, ses amis, personne ne lui est familier. pas même elle-même. ✱ s'accrochant à de frêles repères, elle parvient à reconnaître certaines personnes chères à son cœur par une certaine contrefaçon. un sourire, une allure, un parfum. quelques facteurs lui permettent de se réparer, et d'éviter de trop s'éparpiller. parce qu'il est si facile de sombrer, mais si ardu de se reconstruire. cependant, cette maladie est loin de lui porter secours entre les murs du labyrinthe. pire même, l'amnésie et ce dysfonctionnement la rendent vulnérable, encore bien plus que tous les autres. ainsi, elle compte les jours avant sa mort, sa fin. elle la sait proche, elle la sent venir, s'emmêler entre ses cheveux de cendres, se glisser sur sa peau de verre, doucement, si doucement à la manière d'un fauve guettant sa proie.  ✱ sa plus grande peur demeure la glace, et ce depuis, cet incident qui manqua de lui coûter tant. la glace et l'eau se refermant sur elle, assaillant ses poumons, l'emprisonnant sous son carcan de froid. malgré l'absence de tout souvenir, elle ne cesse de rêver de cet événement impossible à oublier, ne serait-ce qu'à atténuer.
IDENTITY CARD.

ORIGINE DU PRÉNOM : aísa, digne divinité de la mythologie allégorique. de son origine, ésa, dérivée en grec sous deux formes distinctes, aísa et aἴσα. personnification du sort et du destin, a t-il seulement une raison d'appartenir à cette frêle entité qu'elle constitue. es t-elle la clé, l'issue de ce combat final entre les démons de ce labyrinthe sans fin, s'étendant au travers le temps tel un tombeau.  
VÉRITABLE PRÉNOM : euphémia, doux prénom des abysses inconnue à son cœur. mais, demeurant,, au plus profond d'elle-même, dans cet antre de mystères et de ténèbres offert au monde sans que qu'elle puisse jamais le reconnaître. fatal euphémisme.  
ÂGE : dix-sept années sur sa peau blafarde, ses grands yeux clairs ayant pourtant traversés des siècles, plus d'un millénaire. elle m'enfonce au travers les dunes de ce désert perpétuel, s'éloignant du commun des mortels.
DATE & LIEU DE NAISSANCE : helsinki, finlande, 10/12/15. sur sa langue glisse le parfum de ses origines, parfois prononcées d'une rare vivacité, comme un ultime hurlement de mon passé, un appel à l'aide, un besoin de revivre et de s'épanouir.
ORIGINES : suédoise, elle demeure fidèle à sa première patrie, cette identité forgeant son âme et ses valeurs s'y retranchant. ce temps où le froid engloutissait son souffle lui semble si loin, à des années lumières de sa détresse.
DATE D’ARRIVÉE AU BLOC : en décembre, seconde année. une année de supplice en moins, mais des jours passés en un enfer partagé. anéantie par le désespoir, comment osez encore vivre d'un sourire naïf lorsque nos yeux ne peuvent plus parler, pas même murmurer le supplice vécu battant un rythme de mort, la fanfare des condamnés.
OCCUPATION : sarcleurs, la nature est sa plus grande amie, la seule qui la comprenne. la sensation de la terre entre ses mains est l'une de ses rares euphories entre les flammes de ce lieu damnée.
GROUPE : blocards.
CRÉDIT : wild heart.
QUESTION TIME

pour quelle raison pensez-vous être dans le bloc ?
l'enfer a t-il seulement une raison d'être. avons nous une raison d'être. qui nous crée, qui nous tue, qui nous murmure de sombrer entre les flammes de la fin et qui nous hurle de ne pas flancher, de continuer le combat, de ne  jamais abandonner.
personne. personne. personne.
seuls les vents du silence. parce que seul le néant est maître de ses lieux sans fins, le chaos nous dirige, nous ligue ensemble, nous façonne. nous sommes tous faits de particules assemblées entre elles sans raison apparente, pourquoi vouloir dénoncer un responsable.
le chaos est mon seul bourreau, mon seul ennemi. la seule flamme vrillant en cet organe musculeux que l'on dénomme cœur.
entends-tu son susurrement, ce boum. boum. boum me permettant d'exister entre les infinités de ce monde sans fondations.
je ne suis rien, nous ne sommes rien. si ce n'est des pions dans un échiquier si vaste que l'homme ne parviendra jamais à en saisir la moindre nuance.  
nommez une raison n'est que divulguer la réalité transcendante qui accable alors l'humanité. le monde n'a aucune raison, aucune logique. il vit, il meurt, les planètes s'entrechoquent, les mœurs s'inondent, se fondent, la folie nous submerge, tous, nous tous, pauvres enfants déchus de notre trône de sûreté incertain.
que pensez-vous du labyrinthe ?
le labyrinthe de mon âme s'avère plus immense que tous les labyrinthes qu'ils construiront pour tenter de nous contenir. rien, ni personne ne pourra jamais me séparer de ces milles lieux sous les mers, sous les cieux, sous les terres. pas même le néant ne parviendra à me faire oublier la sensation du vent glissant sur ma peau, pareille à cette douce lame écorchant la pureté de mon âme. un jour, une nuit, l'un de nous se dressera pour prouver au monde la force de conviction des martyrs de cette terre, notre désir de se battre jusqu'à la toute fin, ce désir sans loi ni dévolu, ce désir de survivre aux absolutions des néants sans réalité concrète, ni précepte établi.
mes pensées sont des méduses sombrant entre les abysses d'un monde inexploré.
je ne sais rien, je ne pense rien. je suis perdue entre les tournants de mon identité ciselée.
le labyrinthe vit en moi.  
pensez-vous pouvoir sortir un jour ?
sortir, sortir de ce que l'on connait, de cet unique élément constituant notre quotidien. nous sommes nourries, logées.
en vie.
là, au-dehors, au delà des frontières, au delà de ce qui nous paraît être une prison, s'étend peut-être un enfer pire que celui dans lequel nous vivons.
l'enfer n'est que subjectif à chacun.
vous seul contrôlez votre vision de l'univers dans lequel vous évoluez.
le diaboliserez vous, ou l'idéaliserez vous ?

au fond, je ne veux pas sortir. je ne veux pas affronter la réalité, je ne veux pas affronter ce qui rôde au loin. je ne veux pas affronter l'inconnu, je ne veux pas sombrer.
je ne parviendrais jamais à me reconstruire. pas cette fois-ci.
je suis détruite, désabusée. je ne crois plus en rien, je me fonds derrière des mots, des mots bateaux naviguant sur les flots.
je me dissimules sous ma fragilité enfantine, j'envoie valser ma témérité et je joue les frêles et je joue les faibles.
si seulement j'osais dévoiler le masque, si seulement j'osais offrir le paradoxe de ma personne.
mais, je ne suis pas comme ça.
je ne sauverais personne de la noyade.
je ne sauverais personne de ces néants s'entrechoquant.
je peux à peine me sauver moi-même.
je ne peux plus me sauver.

l'au-delà, cette hantise me dévorant en un rire carnassier.

j'espères ne jamais sortir d'ici.

quelles relations entretenez-vous avez les autres blocards ? je ne suis pas un modèle de vertu, ni même un putain d'ange dévalant des cieux pour sauver des âmes.
je suis juste une pauvre fille un peu perdue, qui se fond derrière son silence, son silence de verre et de poussière, son silence qui fout tout en l'air. je parles pas, je dis rien. je penses seulement, je penses haut et fort pour un esprit dérouté par la perception d'un monde détruit.
je les évites, tous autant qu'ils sont. eux, les détenus, les prisonniers, les autres.
je ne peux pas créer de liens, je ne veux pas créer de liens.
j'aime ce cocon me protégeant, m'isolant des souffrances de mon p'tit cœur, de mon pauvre cœur.
un jour, je penses, j'ai aimé.
un jour, je penses, j'ai souffert.

et ces deux jours furent les pires de mon existence, laissés là, comme un vieux goût amère sous ma langue creusé par la faim.
ne plus rien ressentir. l'épopée d'une existence anéantie par des souvenirs oubliés, perdus entre les planètes.
je les aperçois, dans les cieux, percuter quelques comètes, jouer entre les étoiles. ils me narguent, sans cesser de me sourire, comme de vieux amis que jamais je ne pourrais atteindre.

je suis seule. seule entre les galaxies.
des idées sur les raisons de votre amnésie ?
le déni de mon esprit, le déni d'une ancienne vie où flammes et glaces s'emmêlaient pour sonner l'extermination de toute humanité. une amnésie n'est que déni, le refus de contempler la vérité.
ici, nous sommes tous blessés jusqu'à la moelle. nous sommes tous en suspensions au-dessus de ce gouffre dont la fin ne s'entrevoit pas. nous sommes des funambules tentant de conserver cet instable équilibre.
un acte, un acte faussé, et nous chutons vers la mort et son sourire animal.
j'assume ce refus comme une partie de mon être.
je ne suis plus que déni.
déni et confusions de glaces.
ABOUT YOU
pseudo › wandering (aka la paumée aha  :hi: ) prénom › dieu.  :red: ou dieu-tout-puissant, ça va aussi, j'accepte dans mon immense bonté. oui, je sais, je suis trop modeste, je sais, je sais...  :siffle:  :thx:  :cache: en fait c'est lucile... ça sonnait mieux dieu je sais  :hi: âge › ahaaa  :woot: vingt-cinq moins dix  :kk: faut au moins avoir fait bac S pour calculer là    région, pays › au milieu de l'océan atlantique, c'est un peu perdu, pas loin du pays d'ariel... le gps n'arrive jamais à localiser. pff, la technologie   (france, calanques ) fréquence de connexion › eh eh, moi ? je suis tout le temps là, h/24, environ  :mmh: (week-end + soirs de la semaine  :mdr: ) multicompte ? › nop, je sais je ressemble à une grosse sckyzo, mais nan j'vous jure je suis normale.  :mdr: nan mais ooh vous osez me traiter de grosse ?  :fuck:  :laul:    comment es-tu arrivé(e) sur grtr ? › bazzaaaart mon amiii  :girl: j'ai suivi votre projet de près eh eh  :fire: ton avis sur le forum ? › pas mal pas mal   naaan en vrai il gère des licornes arcs-en-ciel votre forum   j'vous aimes, vous êtes trop parfaits  :**:  :**: moi qui m'étais dis que je faisais une pause rp, vous venez de changer ma résolution là, merci  I love you  :**: scénario, pv, inventé ? › inventé  :luvbz:  big up ? › mouhahaahaa  :diabo: c'était mon dernier mot.  :mmh:
Code:
<b><blocard>astrid bergès-frisbey</blocard></b> › aísa heikkila
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 0:21

Are you, are you
 coming to the tree
Where they strung up a man they say murdered three?


le lac glacé
il y avait une poupée de cire perdue dans la brume.
il y avait cette petite chose s'éloignant entre les arbres, tel une ombre de la nuit.
il y avait cette petite fille, dissimulée sous une imposante fourrure.
elle vagabondant entre les cris de l'hiver, chantonnant d'une voix pâle, cristallisé par le froid.
il y avait un lac, un lac glacé s'étendant au travers cette nature endormie. il ne disait mot, il taisait son ardeur givré. pourtant, sa beauté n'était que silence, un silence d'azur glissant sur sa surface givrée par les temps. et l'absence.
miroir du froid, le spectre de cette froidure mordante paralysant les cieux déposa son premier pieds sur son reflet glacé.
un pieds de fée, un soupir d'ivoire.
un pieds nu contre ce béton d'art d'une puissance engendrant fascinations.
et de sa main pâle et engourdie par le temps, elle retira sa seule protection contre le blizzard.
sa fourrure s'effondra sur le sol en un murmure des abysses, se perdant entre les rafales du vent.
nue, cette ange des profondeurs perpétua son périple au travers les neiges. d'un chant de mort, ce chant s'éternisant sur ses lèvres bleutés.
elle était belle, cette princesse des glaces. belle, respirant une perfection sans nom.
elle semblait touchée par la paix, touchée par ce don de la vie, cette gaieté d'un cœur enfantin, bordée par les rires d'une mère soleil.
fleur de givre, son corps réclamait un tant soit peu de chaleur, un souffle de lumière. sa peau saillante tremblait, tandis que ses dents claquaient rythmant la chanson d'une frénésie inconnue aux mortelles.
parce que là, perdue entre ces cristal d'éternités, elle semblait appartenir à ce décor, comme si elle y était née, comme si elle venait des abîmes de ce lac des astres.
sa longue chevelure de jais descendait sur son dos transis par une vague de frissons. son regard fixait au loin la cime de ces arbres immenses, surplombant ce paradis des hivers.
elle ne ressentait alors ni la peur, ni le froid. comme si elle venait s'abriter de l'effervescence des saisons ici, au creux de son sanctuaire personnifié.

mais, mais, comme un grincement, une irritation, le craquement résonna au travers le ciel, tel la foudre s'abattant sur la terre de cette rage intarissable.
un pas de trop, un péril de trop.
le glace se fendit tel du verre brisé. et la jeune fille des neiges sombra sous les flots, sa fade chanson s'éternisant sur cette ultime note abrégée par la fatalité.

if we met up at midnight in the hanging tree...


renaissance
les abysses de la mort sont des antres desquels on ne peut ressortir tel que nous sommes. on ne peut s'en échapper, on ne peut résister aux cris déchirants de cette démence rongeant nos êtres tels de vulnérables charognes étendus sur le bas côté. mon esprit beigne dans un étang de sang mêlé au baiser glacé de la faucheuse, cette belle et élancée faucheuse ne me quittant pas du regard.
elle m'enserre de son venin, elle me retire toute vie, tout souffle, tout espoir. je ne suis plus qu'un pâle cadavre étendue sous les déluges de la neige, à jamais cristallisée dans mon innocence voilée
j'aimerais hurler, hurler que je suis en vie, hurler que je vies, hurler que je penses, dévoiler mon âme, la balancer aux quatre coins des dunes, la balancer dans un bain de paix. un bain de paix dans lequel l'humanité se vautrerait, se roulerait, sans un arrêt, ne cessant de cueillir l'idée du bonheur de ses yeux dorés par l'espoir.
ce serait beau, ce serait fou, ce serait impossible.
dans cette guerre d'identité, nous ne sommes que des armes, moi, eux, lui, elle. périlleuses armes engendrant morts et souffrances. des flots d'existences renversés en cet océan de déchéance. je me noies, je suffoques, je me meurs. avec tous les autres.
toutes ces âmes qui réalisent qu'ils ne sont rien d'autre qu'un chaos sans nom. l'humanité est un néant duquel on ne peut s'évader. nous en sommes prisonniers, nous ne sommes que des pantins, des poupées si fragiles agités par un enfant de cinq ans. un enfant qui se réjouit de nos douleurs et de nos états d'âmes éparpillés.
je perçois des sonorités, au loin, sous les écumes de mes pensées se perdant entre raisons et déraisons, je suis capitaine d'une folie certaine envenimant la moindre de mes parcelles.
j'aimerais murmurer, je suis malade, aussi malade qu'une vieille femme sur son lit d’hôpital fixant la mort sans parvenir à se démener, à résister. mais, je ne suis le suis pas. je suis juste paumée, désabusée, seule dans un monde blessée et blessant tout être foulant sa terre sainte constituant sa triste chair, respirant des larmes salés, des larmes de fée.
je ne peux pas lutter contre la vie, je dois la chérir, l’accueillir. mais, à la façon d'une pauvre gamine en manque d'affection, je refuses de lui obéir. je refuses de lui céder ma renaissance.
parce que la mort ne m'a pas prise, je le sais, je le sais mieux que quiconque, mieux que mon propre être. je suis bien vivante, j'entends les frémissements de mon cœur lassé par ce rythme résonnant sous mes pensées de papiers.
je n'ai qu'à ouvrir les yeux, oser défier une nouvelle fois l'existence humaine, oser défier l'émergence de milles et uns sentiments étreignant mon cœur. les mots sont de l'acide dégoulinant sur les lambeaux de mon âme. je suis en morceaux, en mille et uns morceaux ne cessant de tournoyer au travers les airs pour se reconstituer. pendant un temps.
on peut se réparer, mais jamais guérir. jamais je ne guérirais de cette mort qui frôla mon souffle en un rictus de pitié.
je ne peux pas choisir, on ne le peut jamais. on encaisse, on encaisse et on blesse. on blesse le monde, on blesse les autres. pour avancer, simplement pour avancer, continuer le combat, ne jamais dépérir.
mais, que faire, quand l'espoir nous a quitté, quand on ne souhaite plus persister sur cette voie de la guerre.
je ne suis pas une guerrière.
je ne serais jamais une guerrière.
je suis un pantin de bois destinée à servir des préceptes inexpliqués. moi, euphémia, je suis esclave de la fatalité et de la destinée.
la voix se concrétise. et je perçois des mots qui dansent sous mes yeux, je perçois un visage, un visage familier, mais pourtant si distant. un visage n'est qu'un visage, mais le sien, le sien, je le connais. ses mains caressent mes longs cheveux de jais tandis qu'il me murmure.
" euphé', euphé', tu es en vie. nous sommes en vies."
j'ouvre les yeux, portée par sa voix tissée d'espoir et de souvenirs. ses grands yeux me fixent, me sondent. il est si beau, lui et son regard doré. pourtant, ses traits ne sont que de la brume s'échappant de mon esprit. seule sa voix m'est connue, sa douce voix du crépuscule.
" tu es tombée dans le lac gelé, euphé'. je t'ai retrouvée, je te l'avais promis, je t'avais promis que je ne t'abandonnerais jamais."
il ne cesse de caresser mes cheveux de cette douceur frôlant mes pensées. je me sens en paix, chez moi. je me sens prête à lutter de nouveau, il est ma vigueur, ma force, mon souffle. sans lui, je tomberais, je tomberais au plus profond des enfers pour ne plus jamais en revenir. il est l'échelle de mon ascension me portant vers un paradis que j'espère et entrevois entre ses iris d'une beauté inhumaine.
Åke. oui, c'est mon Åke. il m'est revenu, il est à nouveau là, mon frère de toujours, mon frère de cœur. celui qui m'empêcha de dépérir lorsque mes parents quittèrent ce monde sans un mot, sans un bruit, dans le silence de la nuit. il fut le seul qui se préoccupa de moi. je ne reconnais pas son visage, mais je reconnais son âme. elle est belle, elle étincelle, elle me fait penser à une fleur, une fleur de délicatesse et de tendresse. ses mains ne cessent de s'entremêler entre mes cheveux. et je frissonne, je frissonne face à cette renaissance. il sourit, il sourit d'une vie si puissante qu'elle m'éblouit. il sait que je l'ai reconnu, il sait que nous ne pourrons plus jamais nous quitter, il sait que nous sommes liés par la destinée. et plus que jamais, je la chéris, cette destinée qui me colle à la peau. m'embrassant sur mon front, il me murmure alors:
" le wicked nous as sauvés. il t'a sauvé, alors que je pensais ne jamais te retrouver, ma euphé'. nous leur devons la vie..."

ses mots sont comme du plomb agonisant au creux de mon être de poussière.


l'adieu
" prends ma main, ma euphé'. ne la lâche pas."
je prends sa main, je ne la lâche pas.
je trembles, je trembles comme une poupée. je trembles face à la fatalité de notre avenir. nous allons mourir, loin l'un de l'autre. nous avons contribué à ce massacre, et à présent, nous en sommes les victimes. je donnerais ma vie pour qu'il n'y aille pas. je ne peux pas, je ne veux pas le perdre. à nouveau.
mes larmes roulent sur mes joues, tels des perles de cristal. je plonge mon regard dans le sien, je me laisse envahir par sa présence. il est , près de moi.
et je meurs.
je meurs une fois.
je meurs deux fois.
je meurs trois fois
.
sa main lâche la mienne, elle s'évapore, elle me quitte, elle m'abandonne. je hurles, je hurles, je me débats tandis qu'ils le prennent, qu'ils l'emmènent loin de moi, si loin de moi. je ne suis plus moi-même, je ne suis plus qu'un tas d'os claquant tel du métal s'entrechoquant dans l'espoir fou de pouvoir m'échapper. je le vois s'éloigner, son regard n'est plus que désespoir.
je mords, je griffes, je tapes, je cognes.
engrenage infernal de la vie.
j'entrevois sur ses lèvres un adieu m'envenimant d'une haine ardente broyant mon frêle corps de bleus et d'hématomes.
comment ose t-il abandonner, comment ose t-il ne plus lutter, comment ose t-il me laisser .
seule.
il devrait voler, traverser vents et marrées et m'embrasser.

mais, il capitule, il capitule.
et je meurs une dernière fois.
bienvenue aux plus profonds des enfers.

je me sens partir, m'envoler vers un au-delà d'horreur et de terreur, où il m'est alors impossible de lutter. je ne suis plus rien, je ne ressens plus rien, je suis un tas de souvenirs broyés portant vulgairement une étiquette sans réelle facette.

je ne suis plus qu'aísa.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

VIRUS VC321xb47 : STAGE 1

Messages : 212 Avatar : Caitlin Stasey
Pseudo : immortals.
Copyright : gentle heart.

Occupation : ancienne réceptionniste à l'hôpital, ancienne étudiante en soins infirmiers, maintenant fondue errante.
Inventaire : Trousse de premiers soins + trousse de toilettes + un petit revolver de poche, chargé de seulement quatre balles.

Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 0:22

Bienvenue I love you

_________________
je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part. @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t146-blake-we-could-be-immortals-but-just-not-for-long#1240

Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 0:23

ASTRID. I love you
bienvenue ma belle. si tu as des questions, n'hésite pas.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 0:29

que vous êtes belles toutes les deux :**: I love you merciii promis, je n'hésiterais pas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- WICKED IS NOT GOOD -

Messages : 96 Avatar : Shiloh Fernandez.
Pseudo : L./Laura.
Copyright : okinnel, endlesslove.

Occupation : Infirmier. Activiste à ses heures perdues.

Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 0:32

Astrid I love you Bienvenue ici

_________________
Tried to keep you close to me, but life got in between. Hold back the river so I can stop for a minute and be by your side ▵ ©️endlesslove.
hold back the river ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- WICKED IS NOT GOOD -

Messages : 72 Avatar : johnny seksy depp.
Pseudo : okaane ∗ amande
Copyright : (c) llam


Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 0:33

bienvenue I love you

_________________

+ comme des frères ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

SUBJECT A1 : THE LEADER

Messages : 375 Avatar : aaron johnson, le bg.
Pseudo : apolline (ludivine)
Copyright : (vava) odistole (signa) little wolf (gifs) tumblr

Occupation : chef du bloc a, la tête pensante dans tout ce foutoir, celui qui prend toutes les décisions et qui voit ses épaules s'alourdir de regrets.
Inventaire : Un cerveau, c'est déjà pas mal.
Sinon, quelques petits trucs représentatifs d'un chef de bloc, rien d'extraordinaire.

Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 0:37

ASTRID. :**:
C'est moi Dieu, on peut pas être deux, oh. :red:
Bienvenue, plein de love sur toi. :love:

_________________
i drag myself out of nightmares each morning and find there is no relief in waking
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t131-archy-the-night-is-dark-and-full-of-terrors

Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 0:43

aaw merci vous trois I love you :**: (pff je reprends mon air là, trop de sexy attitude d'un coup :mdr: )
je veux bien te concéder ma place de dieu archy, je peux pas résister face à tant de beauté :**: (aaron johnson god :hop: )
on peut toujours partager le titre aha   comme les kinder bueno     /ok ok je sors :hi: /  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

SUBJECT A1 : THE LEADER

Messages : 375 Avatar : aaron johnson, le bg.
Pseudo : apolline (ludivine)
Copyright : (vava) odistole (signa) little wolf (gifs) tumblr

Occupation : chef du bloc a, la tête pensante dans tout ce foutoir, celui qui prend toutes les décisions et qui voit ses épaules s'alourdir de regrets.
Inventaire : Un cerveau, c'est déjà pas mal.
Sinon, quelques petits trucs représentatifs d'un chef de bloc, rien d'extraordinaire.

Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 0:51

je sais que je suis beau. :hi: mais tu l'es aussi donc on peut se partager le titre de Dieu comme si on se partageait un bueno.

_________________
i drag myself out of nightmares each morning and find there is no relief in waking
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t131-archy-the-night-is-dark-and-full-of-terrors

Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 0:59

eh eh, je prends :hop: deaaal :diabo:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 8:13

la jolie astrid ! :**: bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

SUBJECT A5 : THE SKETCHER

Messages : 515 Avatar : Toby Regbo
Pseudo : Summer Child (Coralie)
Copyright : Ti (ava) Ziggy Stardust (signa)

Occupation : Maton des cartographes, vous savez, les types qui sont derrière et qui décodent le charabia des coureurs.
Inventaire : Un vieux carnet à la couverture de cuir, rempli de notes, gribouillis et portraits des Blocards. Un crayon solide et tout-terrain, qui porte les marques des doigts de son possesseur.

Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 8:25

Bienvenue, dieu, je veux bien changer de religion pour toi :luv:

_________________
FIND A WAY OUT
©️ ZIGGY STARDUST.

RP Commun Bloc A A RAMENEZ VOS FESSES :luvbz:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t138-jaime-sprezzatura-is-my-way-of-life
avatar

SUBJECT B9 : THE NURTURER

Messages : 277 Avatar : holland queen roden.
Pseudo : blackthorns, aka kim.
Copyright : carole la luciole, la plus belle du monde + tumblr.

Occupation : maton des cuistots - pas de grand-monde donc -, maman grincheuse du bloc, raccommodeuse à ses heures perdues.
Inventaire : une brosse à cheveux, et puis tout ce qu'il y a dans sa cuisine, même si y'a pas son nom dessus. ça coupe bien quand mêmes, les lames affilées. ah, et aussi une casquette du wicked, qu'elle s'empêche pour le moment de brûler, au cas où ça servirait un jour.

Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 12:48

ton début de fiche est magnifique purée :fall: bienvenue I love you

_________________
my skin has turned to porcelain, to ivory, to steel
and if you're still breathing, you're the lucky ones; 'cause most of us are heaving through corrupted lungs, setting fire to our insides for fun, collecting the names of the lovers that went wrong. we are the reckless, we are the wild youth, chasing visions of our future. one day we'll reveal the t r u t h.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t127-izzy-she-replaced-the-garden-around-her-heart-with-a-high-wall
avatar

SUBJECT B14 : THE WAYWARD

Messages : 125 Avatar : chloé moretz.
Pseudo : lionheart.
Copyright : nep 237.

Occupation : blocarde dans le bloc B, maton des cartographes. surement en train de se charcler avec nésis.
Inventaire : ✱ un crayon et un calepin, toujours avec elle, au cas ou dessiner des plans dans la minutes serait nécessaire ✱ un couteau, planqué dans sa botte droite ou bien accroché à sa ceinture ✱

Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 13:03

astrid bienvenue I love you

_________________
✯ to whatever end.
cold be hand and heart and bone and cold be sleep under stone : never more to wake on stony bed, never, till the sun fails and the moon is dead. in the black wind the stars shall die, and still on gold here let them lie, till the dark lord lifts his hand over dead sea and withered land.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t132-aria-i-m-more-than-a-piece-in-their-game
avatar

VIRUS VC321xb47 : STAGE 2

Messages : 559 Avatar : nat dormer.
Pseudo : crying lightning. (jade)
Copyright : astoria (avatar), tumblr (gifs).

Occupation : errer dans son monde sans espoir. se maintenir en vie pour quelques jours de plus. parler à ses mirages.
Inventaire : un gourde d'eau à moitié vide. ✱ une trousse de premiers secours pour soigner son orgueil en miettes. ✱ un vieux couteau bizarre, ramassé dans le désert, pour trancher la gorge des fondus trop insistants, ou peut-être même de theodore.

Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 17:31

la perfect, sublime astrid :fall: :fall: :hi:

bienvenue chez toi ma belle, bonne chance pour ta fiche et n'hésite pas si tu as des questions I love you

_________________

take me to church ❖ help me, i'm holding on for dear life, won't look down won't open my eyes, keep my glass full until morning light, 'cause i'm just holding on for tonight. sun is up, i'm a mess, gotta get out now, gotta run from this. here comes the shame, here comes the shame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t78-light-is-gone-louise
avatar

SUBJECT B1 : THE COMMANDER

Messages : 635 Avatar : marie avgeropoulos.
Pseudo : red stars. (ève)
Copyright : (av) ice and fire. (gif) tumblr.

Occupation : chef du bloc b.
Inventaire : une boîte de pansements ; un couteau qu'elle cache dans sa botte gauche et qu'elle ne quitte jamais.

Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 17:39

tes mots, ton avatar, ton pseudo, je réclame déjà un lien. :love: je suis la big boss, tu ne peux pas dire non. What a Face
en tout cas, bienvenue. :love:

_________________
leaders do what they think is right. ✻  salvation comes at a price.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

SUBJECT B13 : THE RECKLESS

Messages : 488 Avatar : adelaide kane.
Pseudo : sparks, laura.
Copyright : carole -love- (avatar), tumblr (gif).

Occupation : elle parcourt le labyrinthe au lever du jour et rentre au bloc au coucher du soleil. Passe la plupart de son temps à essayer de trouver une sortie, pas très concluant pour l'instant.
Inventaire : son carnet et un crayon pour dessiner les couloirs du labyrinthe; une arme blanche qu'elle garde le plus souvent cachée.

Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 17:51

ASTRID :**:
Bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche. :love:

_________________
In the eyes of a teenage crystallized, oh the prettiest of lights that hang the hallways of the home. And the cries from the s t r a n g e r s out at night they don’t keep us up at night we have the curtains drawn and closed. We all are living in a dream, but life ain’t what it seems. Oh everything’s a mess. But I wanna dream, leave me to dream. / ONEREPUBLIC.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t134-the-destroyer-of-worlds#1121
avatar

VIRUS VC321xb47 : STAGE 1

Messages : 324 Avatar : dane dehaan
Pseudo : aeternalis//anna
Copyright : swan (av), unkw tumblr (gifs), alaska (sign)

Occupation : fondu errant entre deux dunes de sable
Inventaire : une louise un peu plus cinglée chaque jour, un trou dans sa poche gauche et dans son coeur, un sachet de bliss et un revolver pas très maniable, chargé de cinq balles

Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 18:22

ABF c'est genre ma vie
bienvenue par ici :love: :love:

_________________
les hautes lumières
the kiss of death will have to wait, my head, is holding on to all those things you said, you taught me to be strong and get through it : the mist of darkness in my head @lost cause, id ≈ ©️ alaska.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t178-theodore-and-let-your-colours-bleed-and-blend-with-mine
avatar

SUBJECT B21 : THE PEACE KEEPER

Messages : 527 Avatar : ♦ shailene woodley
Pseudo : ♦ szalona. (paula)
Copyright : ♦ halloween (avatar) | bizzle (signature)

Occupation : ♦ cartographe, bloc b.

Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 19:07

astrid :love:

le début de ta fiche est magique :fall:

bienvenue, et bonne chance pour le reste :luvbz:

_________________

 
 
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t129-persephone-if-you-re-looking-for-the-demons-to-play-while-with-your-own

Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 19:53

abf et ce pseudo, j'adore.  :luv:
welcome home !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 21:05

le pseudo tout doux, avec la sublime astrid qui colle trop bien :**:
bienvenue parmi nous :deden: :love:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

SUBJECT A9 : THE LONELY BOY

Messages : 188 Avatar : Ash Stymest
Pseudo : c'est un secret
Copyright : americano

Occupation : blocard, coureur plus particulièrement, à la recherche de quoi quitter ce lieu dans lequel il se trouve déjà depuis trop longtemps à son goût.

Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Lun 30 Mar - 22:53

Astrid + ton pseudo :fall: :love: Et le titre :fire: :like: Bienvenue sur GRTR :string:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldincatastrophe.fr1.co/t148-caesius-im-kind-of-over-getting-told-to-throw-my-hands-up-in-the-air

Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Mer 1 Avr - 13:45

ommg overdose de belles gueules, je meeurs :fall: :hop: :**: I love you vous êtes trop parfaits :fou:
woow et cet accueil de fouliiie, mercii à tous ! :thx: :deden: et merci pour les compliments, ça me fait plaisir de savoir que ma aísa plaît :deden:

ps: june, je te garde une place toute chaude dans ma fiche de liens pour ta belle bouille de big boss
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree... Mer 1 Avr - 14:07

ta plume :fall: j'ai mouru, tu écris vraiment trop bien :**: :**: pour moi tout est parfait, y'a juste que danaë a été plus rapide que toi et que la dernière place de medjack est déjà prise
je t'invite à checker les postes libres :deden:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Message(#) Sujet: Re: aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree...

Revenir en haut Aller en bas
 

aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree...
» No Limit 2 coming soon !
» GREEN DAY - U2
» Coming out....( télévitale )
» o'connors is coming + avia,hunter,lia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GET READY TO RUN. ::  :: DAY ONE GREENIE :: they belong to the maze-